Candidat(e)s investi(e)s et soutenu(e)s par LaREM pour les élections municipales de 2020

Navigation

Raphaël Bernardin
Candidat à la mairie de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn, 81)

Originaire d’une petite commune du Nord-Est de la France, Raphaël Bernardin a effectué ses études d’ingénierie de l’eau au lycée agricole d’Albi-Fonlabour. Il n’a jamais quitté le Tarn depuis.

Conscient de l’enjeu majeur que représente la transition écologique pour nos territoires, il est aujourd’hui directeur régional Sud-Ouest d’une société spécialisée dans l’environnement et plus particulièrement tournée vers la protection des ressources en eau.

Raphaël Bernardin a participé à la Grande Marche en 2017. Référent La République En Marche pour le Tarn, il croit fortement aux initiatives citoyennes et cherche à les renforcer grâce aux comités locaux. À l’automne 2017, Raphaël Bernardin a été élu maire de Saint-Sulpice-la-Pointe, sous l’étiquette En Marche suite à des élections anticipées sur la commune.

“ Mon arrivée à la mairie en 2017 a été exceptionnelle et mon mandat, seulement 2 ans, trop court pour mettre en place et consolider la dynamique de démocratie participative à laquelle je crois fermement ! En tant qu’élu local, je cherche les solutions sur mon territoire, en consultant les habitants organisés en groupes de travail. Ma conception de la démocratie, très concrète et pragmatique, a par exemple permis, en quelques mois, de définir un nouveau cahier des charges pour la gestion du cinéma de Saint-Sulpice-la-Pointe et c’est désormais une association citoyenne qui gère ce service public. Je viens de la société civile et la politique est pour moi très réelle : il s’agit de s’impliquer dans la vie locale et de participer aux décisions de la ville. ”

Yannick Chemin
Candidat à la mairie de Saint-Maurice-le-Vieil (Yonne, 89)

Conseiller spécialisé en production porcine, Yannick Chemin est titulaire d’un BTSA Productions Animales et d’une licence pro “conseil en entreprise agricole”. Soucieux de faire vivre son environnement, il est membre actif d’une association d’animation à Aillant-sur-Tholon (89).

Fort d’une envie de s’engager qui l’a rapidement poussé à assister à des réunions publiques de partis politiques, Yannick Chemin a rejoint en 2014 l’équipe municipale de Saint-Maurice-Le-Vieil dans l’Yonne, commune d’environ 370 habitants, en tant que conseiller municipal puis adjoint au maire.

Membre de La République En Marche depuis 2017, dont il apprécie particulièrement l’ouverture et l’engagement auprès de tous les citoyens, même ceux habituellement éloignés de la vie politique, il a créé le comité local du mouvement puis en est devenu le co-animateur. Il a, à ce titre, participé activement aux campagnes présidentielles et législatives.

Son énergie a été repérée par “ 1 000 Talents ”, un programme de formation de citoyens engagés mis en place par La République En Marche, afin de les préparer à prendre des responsabilités politiques. C’est chose faite, puisque Yannick Chemin s’engage aujourd’hui pour sa commune, en se présentant aux élections municipales de 2020.

“ Aujourd’hui, dans le souci d’être utile et d’être au service des autres, j’ai décidé de créer une équipe de personnes qui, comme moi, viennent de différents horizons, mais qui ont toutes la même envie : celle de développer notre beau village, de renforcer le lien intergénérationnel qui unit ses habitants et de rendre attractive notre commune. Animés par cette énergie, mon équipe et moi-même espérons présenter un projet pour Saint-Maurice-Le-Vieil qui parlera à l’ensemble des villageois. ”

Gérard Chemla
Candidat à la mairie de Reims (Marne, 51)

Gérard Chemla est originaire de Montmirail dans la Marne.

Avocat spécialisé en droit pénal, il est associé fondateur du cabinet ACG, actif dans toute la Champagne. Il s’est illustré dans la défense de victimes d’attentats en France et à l’étranger. Chargé d’enseignement à l’Université de Reims, il a été Bâtonnier de l’Ordre de Châlons-en-Champagne de 1993 à 1994.

En 2004, Gérard Chemla co-crée l’association ViES, qui apporte soutien et défense aux victimes de tueurs en série et à leurs familles. A la suite des attentats de 2015, il décide de s’engager en politique et rejoint en mai 2016 La République En Marche.

Gérard Chemla cherche aujourd’hui à restaurer la confiance en l’action collective et à convaincre chacun de son utilité à agir pour les autres. Son projet “ Osons Reims ” (formé en 2018) instaure une dynamique participative et créative pour améliorer le quotidien de tous les Rémois et Rémoises.

“ Notre collectif s’est créé en mai 2018 à l’initiative de marcheurs rémois et s’est structuré grâce à des consultations citoyennes qui ont confirmé qu’un projet ambitieux et moderne ne privilégiant pas seulement le centre-ville est attendu. Nous avons réuni une très belle équipe qui vient de tous les horizons et qui est au travail pour servir au mieux nos concitoyens Rémois et habitants du Grand Reims. Notre credo : l’audace ! ”

Josselin Chouzy
Candidat à la mairie de Mayenne (Mayenne, 53)

Josselin Chouzy est pompier professionnel. Chargé de formation, il est référent départemental pour le secours d’urgence aux personnes.

Josselin Chouzy est vice-président du Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau Potable de Commer, qui gère les ressources en eau potable et le réseau de distribution des alentours. Il est également délégué à la commission départementale de la coordination du traitement des déchets.

Adjoint au maire de Belgeard, en charge des finances et des affaires scolaires, Josselin Chouzy a à coeur de s’engager pour aider et protéger ses concitoyens. Il est référent accessibilité pour “ Mayenne Communauté ”.

Animateur du comité de Mayenne pour La République En Marche, il parvient à se hisser en 2017 au second tour des élections législatives.

Né à Amiens, Josselin Chouzy a fait toute sa scolarité à Mayenne et y travaille depuis 18 ans. Il souhaite aujourd’hui fédérer les 14 000 habitants de la ville autour de son projet.

“ Je veux redonner ses lettres de noblesse à notre territoire. Nous avons un taux de chômage très bas, mais il résulte en partie du départ de nos jeunes vers les métropoles voisines. Avec mon équipe d’union et de rassemblement, nous voulons mettre en place une dynamique nouvelle, pour faire progresser notre territoire, attirer les talents et leur permettre de s’épanouir : économie, écologie, numérique... il y a tant à faire ! Nous souhaitons également que les Mayennais puissent se réapproprier leur territoire, en rééquilibrant les dotations et en ouvrant une maison de services au public. ”

Emmanuel Darcissac
Candidat à la mairie d'Alençon (Orne, 61)

Emmanuel Darcissac est maire d’Alençon depuis 2017 et vice-président de la Communauté urbaine d’Alençon au développement économique depuis 2014.

Natif d’Alençon, il a été professeur d’histoire-géographie au Lycée Saint-François de Sales, avant de se tourner vers les services publics locaux et de prendre en charge la communication à la ville et à l’agglomération de Flers.

En 2000, Emmanuel Darcissac devient attaché parlementaire et s’occupe des questions de démocratie locale et de concertation. Il rejoint ensuite la mairie de Villeurbanne, où il est directeur du service “ démocratie locale et services publics de proximité ”.

Emmanuel Darcissac poursuit son engagement en revenant à Alençon sur ses terres de coeur lorsqu’il devient conseiller départemental en 2008. Premier maire-adjoint d’Alençon en 2014, il crée notamment et préside la Société Publique Locale, qui pilote les grandes opérations du projet de renouvellement urbain d’Alençon qui donnent de nouvelles opportunités à la ville et à ses 27 000 habitants : la requalification du coeur de ville, la création du pôle d’échange multimodal de la gare, la réhabilitation du château des Ducs ou la construction d’équipements nouveaux en matière d’accès aux soins, à la culture ou aux loisirs...

Depuis 2016, il préside également l’Office de tourisme de la Communauté urbaine d’Alençon.

“ Convaincu que les villes moyennes sont l’avenir de notre pays, je fais le choix de l’innovation, du dynamisme pour réinventer Alençon, une ville attractive, écologique et solidaire au service de ses habitants. ”

Florence David
Candidate à la mairie de Vienne (Isère, 38)

Florence David est avocate de formation. Elle est diplômée du D.E.S.S. de Droit public économique de l’Université Paris I et a prêté serment comme avocate en 2006 auprès de la Cour d’appel de Lyon.

Florence David a été collaboratrice au sein du cabinet Jakubowicz (2006-2007), puis du bureau Francis Lefebvre (2008 - 2009), avant de fonder le cabinet Concorde Avocats en 2010, puis le cabinet Urban Conseil en 2014. Elle est désormais directrice juridique d’un groupe immobilier à Lyon.

En avril 2019, Florence David a été chargée par l’équipe départementale de La République En Marche et par la députée Caroline Abadie de coordonner un programme municipal construit avec et pour les Viennois(es).

“ Nous portons un projet dynamique, solidaire et ambitieux en matière d’écologie et de développement durable, pour faire de Vienne une ville d’avenir. Parce qu’une ville doit être accessible à tous, Vienne doit en outre engager une réflexion ambitieuse et innovante sur l’avenir de ses déplacements urbains. Car de l’accessibilité dépend l’attractivité de nos commerces et de nos entreprises, la dynamisation de notre économie locale, l’accès aux soins et aux services publics. Enfin et surtout, Vienne doit replacer l’humain au coeur des projets. C’est le collectif qui fait la ville et non une simple juxtaposition de bâtiments. Chacun doit pouvoir y participer et en bénéficier : aider et être aidé, donner et recevoir, écouter et être écouté... ”

Laurent Degallaix
Candidat à la mairie de Valenciennes (Nord, 59)

Natif de Valenciennes (45 000 habitants), Laurent Degallaix est maire de la ville depuis 2012. Il a été député de la 21ème circonscription du Nord entre 2014 et 2017.

Élu conseiller municipal pour la première fois en 1995, Laurent Degallaix est chargé de la jeunesse et des sports et prend la tête de l’Office valenciennois de la jeunesse et des sports (OVJS). A partir de 2001, il gère également la délégation municipale aux affaires scolaires.

Entre 2010 et 2014, Laurent Degallaix a été conseiller régional du Nord-Pas-De-Calais. Vice-président de la communauté d’agglomération Valenciennes Métropole en charge des finances depuis 2008, il en devient le président en 2016.

Dominique Faure
Candidate à la mairie de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne,31)

Ancienne sportive de haut niveau, Dominique Faure est une dirigeante d’entreprise. Elle est diplômée de l’INSA de Lyon.

Dominique Faure est devenue maire de Saint-Orens-de-Gameville en 2014. Elle est également vice-présidente de la métropole de Toulouse en charge du développement économique.

Dominique Faure a rejoint La République En Marche au printemps 2017. Elle est membre du Conseil national du Mouvement qui a pour objectif de déterminer les principales orientations politiques de LaREM.

L’équipe municipale de Dominique Faure est pleinement engagée pour servir les 11 700 Saint-Orennais(es), pour avancer de manière efficace et responsable dans l’intérêt de la ville.

“ Notre projet 2020 - 2026 sera dans le prolongement du mandat 2014 - 2020, il sera étroitement lié à notre identité territoriale péri-urbaine, agricole, pavillonnaire. Nous poursuivrons avec le même enthousiasme et la même passion la protection de nos bois, de nos espaces verts, la modernisation des services publics de la commune et la qualité de notre cadre de vie. ”

Romain Grau
Candidat à la mairie de Perpignan (Pyrénées-Orientales, 66)

Né au coeur des Pyrénées-Orientales, en pays catalan, Romain Grau est fils de viticulteurs et de commerçants.

Très attaché à son territoire, Romain Grau est conseiller départemental des Pyrénées-Orientales. Il a été également premier-adjoint au maire de Perpignan et conseiller communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole.

Élu député LaREM de la 1ére circonscription des Pyrénées-Orientales en 2017, Romain Grau est membre de la commission des finances à l’Assemblée nationale, vice-président du groupe d’études sur les langues et cultures régionales et membre du groupe d’études “ vigne, vin et oenologie ”. Impliqué sur les questions de sécurité, en tant que rapporteur spécial du budget de la police et de la gendarmerie nationales, fonctions dans lesquelles il se bat pour l’augmentation des moyens pour les forces de l’ordre.

Diplômé de Sciences Po Paris et ancien élève de l’ENA, il est avocat spécialisé en droit des affaires et en droit fiscal. Il a été aussi chef d’entreprise d’une PME perpignanaise.

En 2019, Romain Grau co-fonde “ Occitanie Avenir ”, un espace d’échanges et de propositions rassemblant tous les députés LaREM de la région, afin d’évaluer les politiques publiques conduites en région et leur efficacité. Il souhaite aujourd’hui s’engager auprès des 122 000 habitants de Perpignan pour améliorer concrètement le quotidien et les perspectives de tous les Perpignanaises et les Perpignanais.

“ Je m’engage dans cette campagne municipale à Perpignan en 2020 pour proposer un projet ambitieux marqué par le pragmatisme, le volontarisme et l’optimisme. Je veux être utile aux Perpignanaises et aux Perpignanais avec toujours la même méthode fondée sur l’écoute, le travail et la proximité. Je proposerai dans les semaines à venir un projet pour notre ville qui sera porté par une équipe venant d’horizons différents et unie par une même volonté : faire de Perpignan une ville où il fait bon vivre. ”

Laurence Hervé
Candidate à la mairie de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire, 37)

Ancienne maire-adjointe de Joué-lès-Tours, en charge des Ressources Humaines et de l’Innovation du Service Public, Laurence Hervé est depuis 2014 conseillère municipale d’opposition. Elle est membre de La République En Marche depuis 2017.

Native de Joué-lès-Tours, Laurence Hervé est revenue s’y installer en 2004 avec sa famille. Diplômée de l’Université Paris Dauphine en économie appliquée “ innovation et progrès technique ” elle a commencé sa carrière dans les relations publiques et les relations presse, avant de rejoindre la société familiale Hervé Thermique. Nommée directrice informatique, elle participe au déménagement du siège de la société à Joué-lès-Tours. Elle dirige depuis 2013 Guard’s Formation, un organisme de formation jocondien.

Très engagée dans le milieu associatif, Laurence Hervé a présidé de 2012 à 2015 la délégation de Femmes 3 000 Touraine qui oeuvre à la mise en valeur des femmes dans la société. Elle est membre des jurys “ CreaCampus ” pour les étudiants entrepreneurs et de ceux des “ Femmes de l’économie ” de la Région Centre-Val de Loire. Élue en 2016 à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tours et à la CCI Région Centre-Val de Loire, elle s’investit dans le cadre de l’association “ Dynamique des réseaux en faveur de la jeunesse ” pour aider les jeunes isolés à trouver des stages.

“ C’est en 2018 que j’ai cofondé le groupe d’élus “ Libres Citoyens ”, car nous avons la certitude qu’une vision binaire de la politique produit des gouvernances déséquilibrées qui nuisent à l’intérêt général. Notre projet est bâti sur ce que nous avons de commun : nous voulons aider à faire progresser notre ville au sein de la Métropole et, en impliquant davantage les citoyens dans la prise de décision, nous pourrons concrétiser nos valeurs d’équité et de solidarité. Nous portons un projet en rupture avec les pratiques actuelles, un projet juste et efficace pour le développement économique et environnemental. ”

Hélène Hollederer
Candidate à la mairie Schiltigheim (Bas-Rhin, 67)

Diplômée de l’IEP de Grenoble, Hélène Hollederer est membre de La République En Marche depuis janvier 2018.

Bilingue allemand, elle a accompagné des personnalités politiques des deux côtés du Rhin : d’abord un député fédéral allemand, puis la maire de Strasbourg (Fabienne Keller) de 2001 à 2008, en tant que directrice de cabinet.

Actuellement Directrice Partenariats et International pour le quart Nord-Est de la France à la Fondation Apprentis d’Auteuil, Hélène Hollederer est riche d’une longue carrière dans le social, le mécénat et le développement. Passionnée par l’univers associatif, Hélène Hollederer a repris des études en 2014 pour obtenir un Master en Management des Associations. Elle est d’ailleurs vice-présidente de l’association Bienvenue à Strasbourg, qui accueille les cadres nouvellement arrivés en Alsace.

C’est dans la lignée de cet engagement au service du dynamisme de sa région qu’Hélène Hollederer souhaite, avec l’aide d’une équipe que définissent un sens aigu de l’éthique et de multiples compétences, transformer Schiltigheim (32 000 habitants).

“ Je vis depuis 20 ans à Schiltigheim, mes enfants y ont grandi. Aujourd’hui, je souhaite m’engager pour faire de notre ville une commune dynamique et attractive, où l’on puisse s’épanouir et respirer. Les défis auxquels il nous faut répondre sont nombreux : fluidifier la circulation notamment grâce à une meilleure exploitation du réseau ferroviaire, inviter la nature au coeur de la ville, donner une place à tous, des enfants au seniors, des jeunes en période d’insertion professionnelle aux plus fragiles. Agissons ensemble au quotidien pour construire notre ville de demain ! ”

Rachida Kaaout
Candidate à la mairie d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne, 94)

Rachida Kaaout est une femme d’affaires, spécialisée en e-commerce, marketing et distribution. Elle est diplômée en éco-gestion de l’Université Panthéon-Sorbonne et d’un master en commerce international de l’École Supérieure de Gestion de Paris.

Rachida Kaaout a été directrice du développement – achats du Groupe Bernard Tapie entre 2003 et 2009. Elle rejoint en 2010 le cabinet de consultants RC Optin Partner, où elle participe à l’élaboration d’orientations stratégiques et à la mise en oeuvre de changements qui permettent aux entreprises et/ou institutions publiques d’améliorer durablement leurs performances.

Rachida Kaaout a participé au programme de La République En Marche “ Action Quartiers ”, qui a pour objectif d’aller chercher des citoyens éloignés de la politique et de les former pour les préparer à prendre des responsabilités politiques.

“ Grâce à Action Quartiers, j’ai appris à concevoir un projet associatif (revalorisation du lien social grâce à une passerelle intergénérationnelle) et à fédérer des habitants autour de problématiques qui les concernent au quotidien. Si je m’engage aujourd’hui pour Ivry, c’est parce que je crois que notre ville a besoin d’un nouveau souffle démocratique, afin que nous puissions donner vie localement à une vraie démocratie délibérative où chaque citoyen sera davantage consulté et intégré au processus de décision. Je souhaite construire un avenir meilleur pour Ivry-sur-Seine, en rassemblant la République autour de ses valeurs et en faisant de nos différences un atout et de nos divergences une force. ”

Olivier Klein
Candidat à la mairie de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis, 93)

Olivier Klein a grandi dans le quartier du Chêne-Pointu à Clichy-sous-Bois (30 000 habitants), ville dont il est maire depuis 2011.

Premier adjoint au maire de 1995 à 2011, Olivier Klein a été successivement chargé de l’enfance et de la jeunesse et chargé de la politique de la ville et du renouvellement urbain.

Professeur de sciences physiques, il a enseigné au lycée Gaston-Bachelard de Chelles (77) de 1991 à 2009 puis a été nommé principal adjoint au collège Jean-de-Beaumont de Villemomble (93).

En 2016, Olivier Klein a été vice-président du Territoire Grand Paris Grand Est, délégué au renouvellement urbain, ainsi que vice-président de la Métropole du Grand Paris, délégué à l’habitat et à la mixité.

En octobre 2015, il est nommé vice-président du Conseil national des villes, poste qu’il quitte en novembre 2017, lorsqu’il accepte la présidence de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine.

Roukia Lahadji
Candidate à la mairie de Chirongui (Mayotte, 976)

Diplômée d’une licence d’administration publique, Roukia Lahadji est maire de la ville de Chirongui (environ 9 000 habitants) depuis 2008. Elle a été pendant quelques temps la suppléante du député de la 1ère circonscription de Mayotte, mais choisit vite de se consacrer à sa ville.

Roukia Lahadji est présidente de l’association Mlezi Maoré (groupe SOS), la plus grande association de l’île, qui mène des actions auprès des personnes les plus fragiles (encadrement de mineurs délinquants, accompagnement de personnes en réinsertion …. ).

Roukia Lahadji est fortement sensibilisée à l’importance de préserver et de faire connaître le patrimoine historique et culturel. Elle est à ce titre Présidente de la Commission pour le patrimoine de l’île. En 2015, elle a en outre créé la première agence régionale pour le livre et la lecture de Mayotte, qu’elle préside aujourd’hui.

“ Mon engagement pour Chirongui est, de longue date, profond et sincère. Je suis animée par la volonté de façonner, pour les habitants de Chirongui, un cadre de vie qui soit à la hauteur de leurs attentes, que ce soit en termes d’accès au logement ou à la culture, de protection de l’environnement... La ville est une destination culturelle : c’est pourquoi je travaille à préserver son identité patrimoniale, tout en développant son activité économique, pour que chacun y trouve sa place et puisse s’y épanouir ! ”

Benoît Mathieu
Candidat à la mairie de Cavaillon (Vaucluse, 84)

Natif de Cavaillon, Benoît Mathieu est un entrepreneur dans l’âme.

À 21 ans, il a lancé le site Cavaillonline.com, plateforme d’actualités et d’échanges qui permet aux 27 000 habitants de la ville de se tenir au courant des événements ponctuant la vie locale, comme la célèbre Foire de Cavaillon où se donnent rendez-vous les Cavaillonnais(es) et les artisans et producteurs de toute la région.

Benoît Mathieu accompagne aujourd’hui des entreprises actives à l’international, en mettant en place leurs financements industriels et commerciaux.

Diplômé du Master Finance & Stratégie de Sciences Po, Benoît Mathieu s’est engagé très tôt en politique.

En se présentant à la municipalité de Cavaillon, il souhaite contribuer activement à l’attractivité de Cavaillon et y développer à la fois la vie économique locale et le débat d’idées.

“ Nous souhaitons placer l’égalité des chances et le dynamisme économique au coeur d’un projet municipal ambitieux pour Cavaillon. Nous devons renouveler la classe politique locale, renouveler la manière dont nous exercerons le mandat qui nous sera confié et mieux associer la population cavaillonnaise aux décisions majeures qui seront prises à travers des outils de démocratie participative. Avec une nouvelle génération d’élus issus de la société civile et aux origines sociales multiples, nous souhaitons redonner aux habitants de Cavaillon la fierté de vivre dans leur ville.”

Cécile Muschotti
Candidate à la mairie de Toulon (Var, 83)

Membre de La République en Marche depuis 2017, Cécile Muschotti est députée de la 2ème circonscription du Var.

Diplômée en lettres modernes et en ingénierie de la formation, Cécile Muschotti est fortement sensibilisée aux questions de développement économique, d’emploi et d’insertion professionnelle. Elle est membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale et appartient à la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes.

De 2008 à 2010, Cécile Muschotti a été conseillère municipale de la Seyne-sur-Mer (83), en charge de la jeunesse et de l’insertion professionnelle des jeunes. Elle rejoint par la suite le conseil régional, en tant que chargée de mission territoriale pour la Direction de la Formation et de l’Apprentissage.

Elle est depuis 2016 la directrice d’un centre de formation des apprentis.

“ Je veux faire entrer Toulon et la Métropole de plain-pied dans le XXIème siècle, qu’elles soient fières d’elles, avec une identité forte. Toulon a le potentiel d’être incontournable entre Marseille et Nice. Il faut être, pour nos concitoyen(ne)s, à la hauteur des enjeux et des atouts que nous offre notre territoire, à la fois terrestres et maritimes. ”

Gilles Schmidt
Candidat à la mairie de Rambouillet (Yvelines, 78)

Gilles Schmidt est directeur d’hôpital.

Président du mouvement radical et social des Yvelines, Gilles Schmidt a été conseiller municipal de Rambouillet (2009-2014) puis maire-adjoint (2014-2019), en charge de l’emploi et de la formation des jeunes.

Gilles Schmidt est également conseiller à l’agglomération. De 2017 à 2019, il en était le vice-président, en charge de la gestion de la base de loisirs et de la piscine des Molières.

Gilles Schmidt est le suppléant d’Aurore Bergé, députée LaREM de la 10ème circonscription des Yvelines.

Il a pris une part active dans l’animation du grand débat national dans le Sud du département des Yvelines, participant à 10 rencontres. Cette expérience l’a conforté dans sa volonté de présenter un projet ambitieux pour Rambouillet et ses 25 000 habitants : l’avenir du coeur de ville, la place donnée au vélo dans la commune, l’accès à la production agricole locale pour manger mieux, la construction d’une véritable démocratie participative, sont autant de sujets sur lesquels Gilles Schmidt construira son projet.

“ Je souhaite rassembler dans mon équipe des personnalités aux compétences diversifiées et complémentaires, qui soient toutes dotées d’une grande énergie afin d’agir concrètement pour Rambouillet. Je veux que nous vivions véritablement mieux, ensemble ! Notre ville gagnera beaucoup à être plus ouverte, plus participative, plus dynamique et plus écologique et c’est dans ce sens qu’iront mon projet et ma gouvernance. ”

Pierre Simon
Candidat à la mairie de Pontarlier (Doubs, 25)

Pierre Simon est depuis 2012 chargé d’études au Sénat, auprès du groupe Union Centriste.

Ingénieur chimiste de formation, Pierre Simon passe un an en tant que chargé de mission scientifique au sein de l’Ambassade de France en Suisse. A l’issue de cette année, il décide de compléter sa formation par un master en Affaires publiques à Sciences Po Paris.

Pierre Simon rejoint par la suite le Sénat en tant qu’assistant parlementaire, avant d’être appelé par le Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre, en charge des relations avec le Parlement. Il est ensuite nommé chef adjoint de cabinet et conseiller parlementaire du Ministre de l’Espace rural et de l’aménagement du territoire. Il devient en 2010 chef de cabinet du Ministre de la Justice et des Libertés.

Pierre Simon a réduit son activité professionnelle depuis quelques années pour se consacrer à son engagement sur son territoire. Depuis 2015, il est en effet conseiller départemental du Doubs, canton de Pontarlier, où il préside le comité départemental du tourisme ainsi que le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement. Depuis 2017, il est également vice-président du département du Doubs, en charge de l’insertion et du tourisme.

Pierre Simon est actuellement conseiller municipal de Pontarlier, ville dont il est originaire.

“ Guidé par ma volonté de faire plus et mieux pour les habitants de Pontarlier, je souhaite constituer une équipe engagée, ouverte et complémentaire. Nous devons être des élus de projets, pour répondre aux défis de notre ville : accompagner le changement climatique et protéger notre environnement, mettre en place de nouvelles formes de mobilités, gérer le développement commercial pour qu’il ne se fasse pas au détriment de notre patrimoine rural, limiter la pression fiscale, innover pour l’éducation... Le Haut-Doubs est mon territoire natal : je connais ses atouts et ses richesses, nous devons les faire vivre ! ”

Denis Thuriot
Candidat à la mairie de Nevers (Nièvre, 58)

Depuis 2014, Denis Thuriot est maire de Nevers (35 000 habitants) et président de Nevers Agglomération (72 000 habitants).

Résolument inscrit dans une démarche d’engagement et de rassemblement, Denis Thuriot rejoint La République En Marche à sa création en 2016.

Nivernais de naissance, Denis Thuriot a passé ses étés d’adolescence à faire visiter Nevers, en tant que guide pour l’Office de tourisme.

Après des études de droit à Dijon et à Grenoble, il est devenu avocat et a choisi de revenir dans sa ville pour exercer. Au terme de 6 ans de mandat au sein du Conseil de l’Ordre des avocats de Nevers, Denis Thuriot est élu bâtonnier en 2008 et 2009.

En 2019, il est nommé à la Direction générale de la prévention des risques (DGPR). Rattachée au Ministère de la Transition écologique et solidaire, la DGPR a pour mission d’identifier et de quantifier l’ensemble des risques écologiques auxquels les citoyens et les territoires font face, afin de mener les politiques de prévention adaptées.

“ Dès le début de mon mandat de maire, je me suis inscrit dans une démarche de longterme, pour redonner à Nevers son statut de capitale départementale. Le réaménagement des bords de Loire, la rénovation du quartier Banlay, la revalorisation de notre enseignement supérieur de proximité grâce notamment au campus connecté sont des projets qui me tiennent à coeur et dont je souhaite continuer à accompagner le déploiement. Avec l’agglomération, je suis pleinement engagé pour que le territoire nivernais retrouve le rayonnement historique et économique qui devrait toujours être le sien ! ”
Fermer la recherche