Retour à la liste des événements

Echange avec Olivia Grégoire sur le thème de la Régulation du Capitalisme - Paris 7e, 29/05/2020

Organisé par Valerie L. du comité Bac - Grenelle
Cet événement est terminé
  • Vendredi 29 mai 2020, 18h00
  • Conférence Zoom, 75007 Paris 7e

Chers Marcheurs, Chères Marcheuses,

J'espère que vous vous portez bien ainsi que vos proches.

Dans le cadre de nos ateliers sur l'après crise, Olivia Grégoire qui préside le groupe de travail sur le thème de la "Régulation du Capitalisme" nous fait le plaisir d'un moment d'échange avec les adhérents du 7ème.

Je suis vraiment désolée de vous prévenir si tard mais nous venons d'avoir la confirmation de sa participation. J'espère que vous pourrez vous joindre à nous.

Je vous transmet d'ores et déjà le lien de connexion. Je vous remercie de confirmer votre présence à cet évenement exceptionnel en cliquant en bas de page "Je participe".

Sujet : Reconstruire Ensemble: Echange avec Olivia Grégoire sur la Régulation du Capitalisme
Heure : 29 mai 2020 06:00 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://us02web.zoom.us/j/89358117989?pwd=eVpEQ25aS3YvSURaSHA4L1A2SE1SQT09

Si vous avez des questions, il suffira de cliquer sur "Lever la main" au nivau votre nom dans la zone participant en bas de page. Si toutefois, vous ne trouvez pas l'option, envoyez moi un message sur mon portable (0609457691).

Pour information, je vous joins les questions concernant cet atelier auxquelles vous pourrez répondre personnellement à l'issue de cet atelier, avec le lien que je vous transmettrai.

J'espère vous retrouver nombreux vendredi et vous souhaite une très bonne soirée.

Valérie pour le comité Bac Grenelle

 

Reconstruire Ensemble: "Régulation du Capitalisme"

Diagnostic
La crise que nous traversons fait ressortir le meilleur et le pire de notre modèle économique: d’un côté,de nombreux acteurs se manifestent spontanément pour contribuer à la lutte contre la crise et, de l’autre, des entreprises recourent massivement au chômage partiel sans remettre en question leur politique de dividendes ou leur politique salariale.Par ailleurs, la rapidité avec laquelle les entreprises, notamment les plus grandes, ont dû recourir aux dispositifs de soutien de l’Etat montre la très relative résilience de notre tissu économique. Peut-être est-il temps de revoir le modèle de l’entreprise, qui doit devenir plus résiliente et mieux répondre aux grands défis de notre société. Alors que la relance économique risque d’augmenter la tentation de certaines entreprises d’adopter des approches court-termistes, le “monde d’après” exige une entreprise rentable autant que soutenable.

Questions

1. Revoir notre modèle de production
La soutenabilité d’une entreprise se démontre d’abord par ce qu’elle produit puis comment elle le produit. En cette période de crise se pose la question de savoir si les mesures d’aide et de relance doivent être utilisées pour faire évoluer les activités et les modes de production de nos entreprises. Plus largement, cette crise appelleà une profonde réflexion sur le rôle que doit jouer lapuissance publique dans le fonctionnement du marché et l’évolution des pratiques.

Q1- Faut-il aider à tout prix les entreprises en danger pour éviter leur faillite et le chômage ?
Q2- Faut-il fixer des conditions aux mesures de soutien de l’État ? Si oui, lesquelles (ex : pratiques fiscales, objectifs sociaux ou environnementaux, etc.) ?
Q3- Plus largement, comment favoriser les produits et les modes de production durables ? (ex : normes, avantages fiscaux, etc.)

2. Repenser le partage de la valeur
En dépit du rééquilibrage entrepris ces dernières années en faveur des salariés, le partage de la valeur demeure une question centrale pour toute une partie de lapopulation qui se considère exclue de la mondialisation. Par ailleurs, si notre système fiscal est très redistributif,les inégalités de revenus avant redistribution restent importantes dans notre pays et même supérieures àce que l’on observe aux États-Unis et au Royaume-Uni.


Q4- Au sein des entreprises, trouvez-vous que la richesse soit équitablement partagée entre salariés, dirigeants et actionnaires ? Comment mieux répartir la valeur dans l’entreprise ?
Q5- Faut-il réduire les écarts de salaires au sein de l’entreprise ? Faut-il permettre davantage aux salariés de devenir actionnaires de leur entreprise ? Faut-il fixer des conditions à l’accroissement des dividendes dans les grandes entreprises ?

3. Faire évoluer le rôle des entreprises
Depuis le début du quinquennat, la majorité présidentielle a pris en compte la nécessaire mutation du rôle des entreprises. La définition juridique d’une société a été élargie et de nouveaux outils ont été donnés aux entreprises pour affirmer le sens profond de leursactivités (comme la possibilité de se doter d’une« raison d’être ») et leur permettre de définir des objectifs extra-financiers contraignants.


Q6- Une place accrue des salariés dans la gouvernance des entreprises pourrait-elle favoriser leurs ambitions sociales et environnementales ?
Q7 - Si oui, comment faire ? (plus d’administrateurs salariés référendums d’entreprise, etc.) ?
Q8 - Comment permettre au consommateur de connaître la performance sociale ou environnementale des entreprises dont il achète les produits ? (ex : notation sur les étiquettes, répertoire des performances en ligne, etc.) ?

Q9- Comment mettre en place un modèle de capitalisme plus durable et plus inclusif sans nuire à notre économie ? Comment lutter contre la concurrence fiscale ? environnementale ? sociale ? (ex : taxe carbone aux frontières, accès privilégié aux marchés publics,etc.)

Les événements à proximité

Fermer la recherche