Retour à la liste des événements

Reconstruire Ensemble - Transition écologique : penser un "après" écologique - Ermont, 24/05/2020

Organisé par Sophie C. du comité Ermont En Marche
Cet événement est terminé
  • Dimanche 24 mai 2020, 17h00
  • en visio conférence. Merci de vous inscrire pour recevoir le lien Zoom à sophie.larem@gmail.com., 95120 Ermont

Chères marcheuses et chers marcheurs, membres du Comité Ermont En Marche,

J’espère que vous allez pour le mieux. Je vous invite à participer à cet atelier en visio, le dimanche 24 mai 2020 à 17h.

Cet atelier s’inscrit dans un large dispositif de réflexion sur « l’après ».

Le 20 avril, notre mouvement La République en Marche a lancé un cycle de dix ateliers thématiques répartis en quatre grands défis :

Défi n°1 – Changer de modèle

Thème 1 - Après la crise : Réinventer le travail ? (semaine du 20 avril)

Thème 2 - Transition écologique : Penser un « après » écologique. (semaine du 27 avril)

Thème 3 - Régulation du capitalisme et soutenabilités. (semaine du 4 mai)

 

Défi n°2 – Construire de nouvelles solidarités

Thème 4 - Faire vivre l’esprit de solidarité. (semaine du 11 mai)

Thème 5 - Éducation, santé, environnement… : que doit faire la puissance publique après la crise ? (semaine du 18 mai)

Thème 6 - Santé : tirer les enseignements de la crise. (semaine du 25 mai)

 

Défi n°3 – Garantir notre souveraineté

Thème 7 - Mondialisation : de dépendances à la souveraineté. (semaine du 1 juin)

Thème 8 - Construire une Europe à la hauteur des enjeux. (semaine du 8 juin)

 

Défi n°4 – Restaurer la confiance pour consolider notre démocratie

Thème 9 - Face à la défiance, réinventer la démocratie. (semaine du 15 juin)

Thème 10 - Libertés, solidarités et nouveaux usages: quel avenir numérique pour la France et l’Europe? (semaine du 22 juin)

 

Nous allons traiter ici du Thème 2 : Penser un « après » écologique è

Diagnostic :

La crise sanitaire comporte, tant dans son origine que dans ses conséquences, une dimension écologique indéniable. La situation nous rappelle vivement que la destruction de notre biodiversité, même lointaine, est une menace sérieuse qu’on ne peut plus ignorer. La déforestation, la surexploitation des espèces protégées, les pratiques d’agriculture intensives contribuent à l’émergence et au développement des pandémies. Pour beaucoup, cette crise marque le début d’une prise de conscience plus globale sur les risques de la surexploitation des ressources et de la consommation débridée. Elle appelle à plus de sobriété. La situation actuelle montre aussi qu’une crise, quelle que soit sa nature, impactera toujours différemment les citoyens selon leur situation, et qu’il sera essentiel de renforcer nos solidarité. Les interdépendances mondiales de notre économie sont aussi révélées, et avec elles l’impératif de produire plus proche, illustrant un enjeu de souveraineté. Enfin, la relance du lendemain devra permettre d’éviter les erreurs du passé, c’est donc vers un avenir soutenable qu’il faut s’orienter.

Questions qui seront posées lors de cet atelier – vous pouvez déjà y réfléchir avant è

1. Renouer avec la sobriété

L’urgence environnementale et la perte de biodiversité nous appelle à diminuer l’utilisation des ressources naturelles, et à modifier nos habitudes de consommation en privilégiant la qualité à la quantité. Avant la crise sanitaire, de plus en plus de consommateurs souhaitaient déjà consommer mieux (en consommant moins ou en favorisant la qualité), et faire de leurs choix un levier d’influence sur les entreprises.

  • Quels changements aviez-vous initié avant la crise en faveur de la transition écologique ?
  • Quelles actions de votre quotidien êtes-vous prêts à changer pour agir en faveur de la transition écologique ?
  • Comment l’État et les collectivités locales pourraient vous encourager ou vous accompagner dans celles-ci ?

2. Renforcer nos solidarités

Pour mener à bien la transformation de notre modèle, il est essentiel d’embarquer l’ensemble des citoyens dans un projet, mais aussi les entreprises, les corps intermédiaires, ou les associations. Il faudra également permettre au plus grand nombre de changer réellement ses habitudes.

  • Les aides à la transition écologique sont-elles suffisantes et lisibles ?
  • Dans le cas contraire, que suggérez-vous ?
  • Comment rendre les pouvoirs publics et les grandes entreprises exemplaires ?
  • Comment décourager l’achat de produits néfastes pour l’environnement ?»

3. Reconstruire notre souveraineté

Cette crise amène une prise de conscience de notre dépendance à l’égard d’autres pays. Nous ne maîtrisons pas la qualité des produits alimentaires que nous importons et nous n’avons pas la main sur les approvisionnements étrangers.

  • Jusqu’où aller pour encourager le Made in France ?
  • Comment peut-on soutenir les agriculteurs français ?
  • Quelles industries stratégiques devrions-nous développer pour devenir des leaders de la transition écologique au niveau national, européen et international ?

4. Réinventer un modèle soutenable

Pour acter l’avènement d’un nouveau modèle plus soutenable, la question des financements est essentielle. Le plan de relance, qui doit permettre de répondre à l’urgence climatique et à la crise économique, le sera tout autant.

  • Quelle place faudra-t-il donner à la Convention Citoyenne pour le Climat ?
  • La transition écologique doit-elle être menée “quoi qu’il en coûte” financièrement ?
  • Qu’est-ce qui nous permettra de dire que la relance post-Covid sera réussie ?

Merci de vous inscrire pour recevoir le lien pour la visio.

Au plaisir de vous retrouver à cette occasion,

Bien à vous,

Sophie CHIARAMELLO

Co-animatrice locale du Comité Ermont En marche

Les événements à proximité

Fermer la recherche