Retour à la liste des événements

Lettre ouverte au Président de la République - Fécamp, 12/04/2018

Organisé par Patrick J. du comité En Marche CapFagnet
Cet événement est terminé
  • Jeudi 12 avril 2018, 0h00
  • Fécamp, 76400 Fécamp

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre,

 

 

Le jeudi 8 mars votre gouvernement a déposé un amendement au projet de loi « Pour un Etat au service d’une société de confiance », amendement qui vise la filière de l’éolien off-shore, soit les projets des six parcs de Fécamp, Le Tréport, Courseulles sur Mer, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire et Yeu-Noirmoutier.

 

L’amendement est aujourd’hui rejeté et votre gouvernement manifeste toujours sa volonté de renégocier des contrats qu’il juge obsolètes. Cette renégociation essentiellement tarifaire qui répond à une implacable logique comptable et à une préoccupation de bonne gestion des comptes publics, aura des implications économiques, entre autre la lassitude des industriels de la filière, qui auront aussi leur logique comptable… (emplois, développement régional etc…)

 

D’autre part, votre gouvernement ne voit pas d’un mauvais oeil un blocage des renégociations car une telle situation permettrait de lancer de nouveaux appels d'offre qui bénéficieraient des toutes dernières avancées technologiques du secteur industriel éolien.

Avantage technologique peut-être, et encore, mais inconvénient majeur pour le calendrier.

 

Le blocage des renégociations fera perdre 20 ans, dix ans quasi écoulés plus dix ans à venir, puisqu’il faut dix ans pour concrétiser ce type de projet (procédures, procédures…) En 20 ans pas une éolienne off-shore en France, alors qu'en Europe 4 000 sont opérationnelles en 2018.

 

Pour Fécamp, puisque nous vous écrivons de cette ville, de manière très pragmatique c’est une perte de revenus fiscaux, des emplois non créés, des formations de techniciens inutiles, une activité portuaire remise en sommeil, bref une catastrophe économique, sociale, humaine.

 

Nous Marcheurs de Fécamp de la première heure, nous vous demandons, Monsieur le Président de la République et à vous Monsieur le Premier Ministre, de tout mettre en oeuvre pour que les futures négociations aboutissent au plus vite et débouchent sur des solutions positives à l’ensemble des parties prenantes, population des territoires concernés, industriels et consommateurs de l’énergie électrique.

Et surtout que le gouvernement ait une politique claire et déterminée et cesse de tergiverser.

 

Nous avons informé notre députée Stéphanie Kerbarh de nos préoccupations et avons le sentiment d’avoir été entendus et avons compris qu’elle nous soutenait par son action. L’importance, l’urgence du projet nous ont incité à vous interpeler car ces grands travaux dépendent d’une ambition, d’une volonté politique à entreprendre. Les efforts nécessaires pour opérer la transition énergétique dans laquelle la France s’est engagée procèdent d’un dessein politique, d’une volonté qui seuls permettront de rattraper notre retard.

 

Il y a urgence à ne plus perdre de temps, il y a urgence à avoir une vision claire et déterminée de la transition énergétique et du développement des nouvelles technologies.

Il y a urgence à agir.

 

C’est pour cela que nous avons voté pour vous, Monsieur le Président.

 

Comité En Marche Cap Fagnet

Les événements à proximité

Fermer la recherche