Retour à la liste des événements

La politique du logement. Actualités politiques. Actualités du mouvement. - Paris 14e, 12/10/2017

Organisé par Gilbert R. du comité Montparnasse Raspail
Cet événement est terminé
  • Jeudi 12 octobre 2017, 20h00
  • Café l'Apollo 106 boulevard du Montparnasse, 75014 Paris 14e

Nous nous réunirons en définitive ce -  jeudi 12 octobre - à l'Apollo à 20H.

1) Notre nouvel adhérent EL Hassane introduira - comme prévu - le thème de la politique du logement. 

2) Tour de table sur l'actualité politique .

Chacun d'entre nous introduira un thème qui lui semble important

Je vous donne en PS un double d'un article du monde sur une critique de plus en plus radicale de l'excercice "autocratique" du pouvoir par E. Macron. Qu'en penser ? Comment réagir ? 

3) Echange sur l'actualité du mouvement après les différentes réunions du 14°

Amitiès,

Gilbert

PS:

Emmanuel Macron est « un autocrate à visage bienveillant », pour Pierre-André Taguieff

Le politologue considère dans « Macron: miracle ou mirage? » le chef de l’Etat comme « un président par défaut », fruit de la décomposition du système politique français dont il a su se servir pour accéder à l’Elysée.

LE MONDE   05.10.2017 à 12h12 • Mis à jour le 05.10.2017 à 12h14 Par  Jean-Baptiste de Montvalon

Le livre. « Les nouveaux despotes sont tout sourire. Ils sont devenus “pragmatiques”. Ils ne tuent personne. Seulement nos âmes. Et avec la courtoisie, voire la suavité requise. » C’est en évoquant Néron – et en comparant la « terre entière » à Rome incendiée – que Pierre-André Taguieff conclut son ouvrage consacré à Emmanuel Macron. Une chose est sûre : le philosophe n’a (vraiment) rien cédé face à « l’affaissement de l’esprit critique » qu’il observe dans « l’épais conformisme intellectuel qui s’est installé en France ». « L’optimisme officiel », très peu pour lui.

Ecrivant de « cet espace immatériel où s’est réfugiée la pensée », un endroit peuplé de « non-encartés », d’« esprits libres, sans appartenance partisane », loin des « insignifiantes tables rondes où s’affrontent de pâles et fades créatures du monde médiatique », l’auteur dresse un portrait au vitriol d’un président qui « se veut le maître des horloges », mais qui est « surtout le maître des rêves ». Et ce sont ces rêves que Pierre-André Taguieff s’attache à déconstruire, guidé par ce vers de Sophocle : « Je n’ai que mépris pour le mortel qui se réchauffe avec des espérances creuses. »

« Coup d’Etat BCBG »

Après de si longs mois de campagnes électorales à répétition, conclues par l’élection de M. Macron et celle de nombreux « marcheurs » à l’Assemblée nationale, c’est vers un foyer d’illusions encore ardent – même s’il s’est quelque peu consumé pendant l’été – que l’historien des idées brandit sa lance d’incendie.

Un « triomphe », un « sacre » ? « Président par défaut, Macron apparaît avant tout comme le produit de la décomposition de fait du système politique français, une décomposition qu’il n’a nullement provoquée mais seulement exploitée habilement », note Pierre-André Taguieff, qui évoque « un coup d’Etat BCBG », « un coup d’Etat démocratique accompli grâce au travail acharné [notamment] d’une avant-garde de communicants ». 

L’auteur rappelle « l’avalanche de formules creuses » qui ont émaillé les discours de campagne de M. Macron, ce « machiavélien d’un nouveau type, un maître de la stratégie de l’ambiguïté et de l’équivoque à l’âge de la communication ». Après une critique implacable d’un « pragmatisme (…) repeint aux couleurs du jeunisme » et une érudite mise en perspective du flou d’autres concepts, comme le « progressisme », le philosophe met en garde sur l’envers du décor.

Derrière ce « potage notionnel » aux mots « destinés à plaire à tous » percerait « un petit avatar de Bonaparte », « un autocrate à visage bienveillant ». Et si le breuvage a été servi sans distinction, on pourrait ne pas être également rassasié à la fin du repas. « Les citoyens français sont loin d’être tous devenus libéraux (ou sociaux-libéraux), progressistes, proeuropéens et proglobalisation », note M. Taguieff. Ce dernier, on l’aura compris, ne s’est nullement converti.

« Macron : miracle ou mirage ? » de Pierre-André Taguieff, aux éditions de L’Observatoire, 368 pages, 18 euros.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/05/emmanuel-macron-est-un-autocrate-a-visage-bienveillant-pour-pierre-andre-taguieff_5196592_3232.html#cQ6K3i07ZdC8EhGB.99

Les événements à proximité

Fermer la recherche