Retour à la liste des événements

Compte-rendu de la séance publique sur l'agriculture - Saint-Chély-d'Apcher, 31/03/2017

Organisé par un ancien adhérent
  • Vendredi 31 mars 2017, 19h30
  • Centre Culturel et Loisirs, 48200 Saint-Chély-d'Apcher

Communiqué de Presse

Réunion publique sur l’agriculture du 31 Mars 2017

 

La réunion publique sur l'agriculture organisée par le Comité En Marche Lozère s'est avérée un succès en rassemblant de nombreux agriculteurs, notamment des jeunes et en présence de leurs représentants.

En ouverture, le référent local Francis Palombi a rappelé l'appel citoyen du mouvement En Marche dès sa création et son ascension permanente en vue de rassembler l'ensemble des Français, plus de 250 000 adhérents aujourd’hui et ça continue !
Il a également rappelé la naissance du Comité Lozère dès le mois de novembre 2016, pour atteindre aujourd'hui plus de 150 adhérents, avec des nouveaux arrivants tous les jours.

Invité, le Sénateur du Cantal Jacques MÉZARD, membre du bureau National d’En Marche, proche d’Emmanuel Macron, et spécialiste des questions agricoles au sein de nos départements de moyenne montagne, a rappelé les grandes lignes et les valeurs fondamentales du Programme d’ E Macron. Le courage politique du candidat a été salué de même que sa détermination pour véritablement changer le fonctionnement de la société et de la vie politique.

Le sénateur a insisté sur le rassemblement entre les progressistes de tous bords, avec comme objectif l'intérêt de notre pays, sa place en Europe et a rappelé le fort engagement européen du candidat, sa volonté de peser à nouveau sur la politique européenne.

Sur l’agriculture, Jacques Mézard a parfaitement dégagé les éléments forts issus du programme du candidat et les objectifs à atteindre :
- Permettre enfin aux agriculteurs de vivre de leur travail décemment et pas seulement sur des subventions à près de 50%. Il conviendra de renforcer les filières de production, demander des dérogations notamment sur le lait. Si les tarifs payés aux agriculteurs n'évoluent pas, ce sera dans nos zones la disparition des laiteries. De même, il faudra revoir les pratiques de prix payé aux agriculteurs par la grande distribution car de profonds déséquilibres se sont installés au détriment des agriculteurs,
- Soutenir l'investissement au profit des petites exploitations, des exploitations de transformation. Les 5 milliards affectés par l'Etat dans le cadre de la transition agricole profiteront aux territoires et non pas aux seuls grand céréaliers,
- Favoriser l'apprentissage et la formation des jeunes en leur donnant envie de faire ce beau métier, d'y croire.
- Revoir le coût du foncier agricole devenu dissuasif,
- Associer les petites entreprises agricoles à la protection sociale via le droit au chômage, à la retraite,
- Favoriser le statut de salarié au sein des exploitations agricoles,
- Contribuer à éradiquer la précarité au sein du monde agricole notamment chez les jeunes, via des soutiens à la formation, et une orientation adaptée.

Le souci du candidat est de ne surtout pas opposer le bio et l'agriculture traditionnelle, parler d'environnement plutôt que d'écologie au risque de créer des clivages, et développer le sectarisme parfois.

Lors des échanges nombreux avec la salle, les questions ont porté sur le statut des épouses d'agriculteurs, les successions avec des structures « conseils d'accompagnement » qui seront créés pour accompagner le monde agricole. mais aussi sur l'enclavement des zones rurales en l'absence d'une 2 fois 2 voies RN 88. Le soutien à l'économie locale est vital pour permettre le maintien et le développement de notre agriculture en zone rurale.

Sur bien des plans, Jacques Mezard a rassuré son auditoire et en une heure et demi, il a pu apporter la preuve que le candidat Emmanuel Macron connaît le dossier agricole, la ruralité, qu'il s'en préoccupera dès sa prise de fonctions.

 

Les événements à proximité

Fermer la recherche