Retour à la liste des événements

PRINTEMPS MACRON - Paris 9-10 - Le logement dans nos quartiers : bobos, ghettos, invisibles

Organisé par Genevieve M. du comité En Marche ! rue de Paradis
Cet événement est terminé
19 inscrits
  • Dimanche 19 mars 2017, 10h00
  • Hôtel Paul Delaroche 58 rue Saint Lazare, 75009 Paris 9e

Table ronde avec Roland Castro, architecte, Michel-Franck Pelenc, DG du premier mouvement associatif d'amélioration de l'habitat précaire et Xavier Soule, architecte

Pour confirmer votre participation, merci de compléter le formulaire suivant : https://rmic.typeform.com/to/Wjvicm

« Le logement dans nos quartiers : bobos, ghettos, invisibles »

3,8 millions de personnes mal-logées, 12 millions de personnes en difficulté par rapport au logement, 5,7 millions de personnes en situation d’efforts financiers excessifs pour leur logement, hausse de 50 % de personnes sans domicile (entre 2001 et 2012), hausse de 19 % de personnes hébergées de manière contrainte chez des tiers et hausse de 25 % de personnes âgées de plus de 25 ans revenues chez leurs parents (entre 2002 et 2013), baisse de 37 % des ménages ayant quitté le parc social pour accéder à la propriété (entre 2006 et 2013). (Fondation Abbé Pierre, France, année 2016)

La crise du logement urbain touche dorénavant non seulement les salariés modestes, mais aussi les classes moyennes et les couches supérieures, freinant leur mobilité résidentielle, sociale et professionnelle. Jusqu’ici, le volontarisme des pouvoirs publics n’a pas pu endiguer l’envolée des prix ni limiter la rareté des logements, notamment dans les grandes villes comme Paris.

À ces défis multiples, Emmanuel Macron répond par des propositions innovantes dont nous débattrons :

1) Construire des logements dans les territoires sous « tension ».

2) Favoriser l’accès au logement pour les jeunes, étudiants, salariés ou stagiaires, grâce à la construction de logements supplémentaires, la création d’un « parc logement jeunes » au sein des HLM, accessible sans caution et avec un bail non renouvelable ou un « bail mobilité professionnelle ».

3) Développer l’accès au logement social pour les ménages aux ressources modestes grâce au maintien de la loi SRU, la construction d’HLM et l’instauration d’une plus grande transparence et fluidité dans l’attribution des logements sociaux.

4) Exonérer 80% des Français de la taxe d’habitation.

5) Lutter contre le logement précaire et protéger les sans-abri par l’offre de 10 000 places dans des pensions de famille, le développement de l’intermédiation locative (40 000 logements privés supplémentaires gérés par les associations) et la mise en place d’un droit à la domiciliation assumé par une évolution du service public de la Poste.

 

 

Fermer la recherche