Pouvoir d'achat

Nous augmenterons encore plus le pouvoir d’achat de tous ceux qui travaillent davantage.

30-pouvoir-achat-francais-emmanuel-macron

PROPOSITIONS


  • Objectif 1 : Soutenir le pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires.

Nous rendrons la fiscalité locale plus juste. Aujourd’hui, on paye beaucoup moins de taxe d’habitation à Paris que dans le reste de la France et on paye souvent beaucoup plus quand on vit dans une commune populaire que dans une commune riche.

  • Nous exonèrerons 4 Français sur 5 de la taxe d’habitation.
Concrètement, dès 2020, un couple avec deux enfants, dont le revenu fiscal de référence est de 5000 euros par mois, sera entièrement exonéré. Mais cette mesure ne grèvera en rien le budget des collectivités territoriales. Leurs ressources seront sanctuarisées à l’euro près : l’Etat paiera la taxe d’habitation en lieu et place des ménages. 10 milliards d’euros y seront consacrés chaque année.

Nous rendrons l’accès aux soins plus justes. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui renoncent encore à des soins essentiels en raison des frais qui restent à leur charge, ou des difficultés qu’ils rencontrent pour trouver un médecin disponible près de chez eux.

  • S’agissant des lunettes, des prothèses dentaires et de l’audition, nous fixons l’objectif de 100% de prise en charge pour 2022, contre alors que la couverture reste trop faible aujourd’hui.

  • Nous rétablirons les exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires.

  • Objectif 2 : Soutenir le pouvoir d’achat des actifs.

Aujourd’hui, les actifs ne sont pas rémunérés à la hauteur de leurs efforts.

Demain, nous ferons moins peser la protection sociale sur le travail pour soutenir leur pouvoir d’achat.

  • Nous augmenterons le revenu net de chacun, en réduisant les cotisations sociales.
Tous les salariés verront leur salaire augmenter. Par exemple, si l’on gagne 2200 euros nets par mois, ce sera 500 euros nets supplémentaires par an. Nous réduirons les cotisations sociales des indépendants : 500 euros de moins par an pour un revenu à 3000 euros.

Ces mesures seront financées par une hausse de moindre ampleur de la CSG, qui ne touchera pas les retraites modestes (près de la moitié) ou les indemnités chômage.


Nous augmenterons encore plus le pouvoir d’achat de tous ceux qui travaillent davantage.

  • Nous ferons en sorte que toute reprise d’emploi se traduise par un supplément de revenu conséquent, en augmentant la prime d’activité.
Cette réforme concernera 2,4 millions de foyers, dont 400 000 jeunes et 500 000 familles monoparentales. C’est près de 80 euros supplémentaires par mois pour un salarié au SMIC.

Au total, grâce aux deux mesures précédentes, un salarié au SMIC touchera chaque mois 100 euros nets supplémentaires par rapport à aujourd’hui.


  • Objectif 3 : Soutenir le pouvoir d’achat des plus modestes.
  • Nous réduirons la pauvreté des personnes âgées. Le minimum vieillesse, pour une personne seule, est aujourd'hui d'environ 800 euros : nous le porterons au-delà de 900 euros.
  • Nous réduirons la pauvreté des personnes en situation de handicap. L'allocation aux adultes handicapés (AAH), pour une personne seule, est aujourd'hui d'environ 800€ par mois : nous la porterons au-delà de 900 par mois.
  • Nous créerons un versement social unique et automatique pour lutter contre le non-recours aux aides sociales.
Toutes les prestations (APL, RSA, prime d’activité etc…) seront versées automatiquement le même jour du mois, un trimestre au plus tard après la constatation des revenus (contre jusqu’à deux ans aujourd’hui), pour que chacun puisse toucher aussi vite que possible ce à quoi il a droit. Plus de 12 millions de foyers seront concernés, soit près de la moitié de la population française.
Retour aux propositions