Défense

Assurer la souveraineté de la France et protéger les Français.

05-defense-plan-vigipirate-antiterrorisme-emmanuel-macron

Assurer la souveraineté de la France et protéger les Français.

L’Europe et la France font face à un monde nouveau où les menaces sont plus nombreuses et plus dangereuses. De nouveaux acteurs – étatiques ou non, comme Daech – font peser des risques inédits sur notre sécurité, à l’intérieur comme à l’extérieur de nos frontières.

Notre pays doit disposer des moyens de défense et de sécurité nécessaires à sa souveraineté et à la protection de ses citoyens. Cela exige de donner à la défense nationale des moyens financiers et humains accrus, afin qu’elle puisse mener à bien des missions plus difficiles et plus nombreuses.

Cet effort, nous devons le mener pour nous-mêmes. Mais nous devons l’inscrire dans la perspective d’une défense plus européenne et nous attendons de nos partenaires qu’ils y prennent toute leur part. C’est ainsi que nous assurerons notre propre sécurité et celle du continent.

DIAGNOSTIC


  • La France demeure une puissance militaire reconnue sur la scène internationale.
La France fait partie du cercle restreint des pays disposant d’une force de dissuasion nucléaire. Elle est également un des rares pays à pouvoir projeter des forces à l’extérieur de ses frontières, et par exemple à tenir aujourd’hui un rôle-clef en Afrique sub-saharienne.
  • Nos forces armées n’ont jamais été autant sollicitées.
La France mène de nombreuses opérations extérieures (Levant, Sahel) et intérieures (Sentinelle). Utilisées au maximum de leur capacité, nos forces n’ont plus suffisamment de temps pour se reposer ni s’entraîner, faisant craindre une dégradation progressive de leur sécurité, de leur efficacité et du recrutement. Tout aussi inquiétant, l’équipement de nos armées se détériore : certains véhicules (notamment les blindés) ont plusieurs dizaines d’années. Quant à nos dépenses militaires, rapportées au nombre d’habitants, elles stagnent depuis longtemps, voire diminuent, alors même que les conflits s’intensifient et que nombre de pays se réarment.
  • Dans un monde de plus en plus incertain et dangereux, l’Europe de la défense est quasi-inexistante.
  • Brexit, élection de Donald Trump : nos alliés traditionnels les plus importants s’éloignent. Dans le même temps, le monde devient de plus en plus dangereux : les tensions au Moyen-Orient sont exacerbées, la Russie a renoué avec une politique extérieure agressive, comme en Ukraine, et menace l’Europe de l’Est, tandis que les tensions en Asie du Sud-Est inquiètent.
  • Paradoxalement, depuis plusieurs années, les actions communes en Europe restent au point-mort.

PROPOSITIONS


L’enjeu est triple : il faut donner à nos armées les moyens d’assurer notre souveraineté, nous mobiliser pour une Europe de la défense, et renforcer les liens entre armée et nation.

  • Objectif 1 : Donner aux armées les moyens d’assurer la souveraineté stratégique de la France.

Nos forces armées interviennent partout dans le monde pour assurer la sécurité et maintenir la souveraineté de la France. Cette sécurité et cette souveraineté, elles n’ont pas de prix, mais elles ont un coût. Il nous faut l’assumer.

  • Nous porterons progressivement le budget de la défense à 2% du PIB en 2025. Cet effort est nécessaire, pour faire face au renforcement des effectifs post-attentats et pour moderniser nos équipements, mobilisés sur plusieurs fronts.
  • Nous engagerons la modernisation de la force de dissuasion nucléaire, garante de la sécurité de la France. Cet effort concernera ses composantes sous-marines et aéroportées.
  • Nous continuerons de renouveler les équipements conventionnels pour permettre la préservation de notre autonomie, de notre efficacité et de la sécurité de nos soldats. L’ensemble des forces est concerné : drones et satellites pour le renseignement, avions de transport, patrouilleurs maritimes, véhicules de combat.
  • Nous maintiendrons la force opérationnelle terrestre à 77.000 hommes, effectifs nécessaires pour maintenir le niveau d’engagement actuel de nos troupes, tout en leur laissant le temps nécessaire pour s’entraîner et se reposer.
  • Nous renforcerons la priorité en matière de cyberdéfense et de cybersécurité. Nous l’avons vu lors des élections américaines, Internet est un nouveau terrain d’opération des conflits et des tensions. Il en va de notre souveraineté.
  • Missions de renseignement et d'investigation : mieux identifier nos failles, détecter des actions hostiles.

  • Missions de protection et de défense : bâtir des murailles, patrouiller dans le cyberespace.

  • Missions de riposte et de neutralisation : entraver les actions des attaquants cyber, neutraliser des infrastructures utilisées pour causer des dommages à la France.



  • Objectif 2 : Agir pour une Europe de la défense devenue indispensable.
« Nos frontières sont désormais extérieures. Il faut penser armée européenne. »
– Patrick, chirurgien, Finistère – La Grande Marche

Posture incertaine du Royaume-Uni, poursuite du désengagement américain et renforcement du rôle de l’Allemagne : nous devons préparer la France aux changements stratégiques qui se dessinent en Europe.

  • Nous développerons (vraiment) l’Europe de la défense.
  • Nous renforcerons la coordination de nos opérations avec nos alliés européens avec un Quartier Général européen permanent pour assurer la planification et le suivi des opérations, en lien avec les centres de commandement nationaux et de l’OTAN.
  • Nous créerons un Conseil de sécurité européen, composé de militaires, diplomates et experts du renseignement, pour conseiller les décideurs européens.


  • Nous activerons les « groupements tactiques ».
Ces forces multinationales ont été mises en place il y a plus de 10 ans mais n’ont jamais été déployées sur le terrain. Cela permettra des interventions européennes communes sur le terrain, dans les opérations extérieures.
  • Nous soutiendrons la création d’un Fonds européen de défense, pour financer des programmes communs, tel un drone européen.
Pour continuer à innover face aux géants américains ou chinois, et face aux coûts croissants des programmes d’armement, un effort en commun est clef.

  • Objectif 3 : Conforter les liens entre la nation et les armées.

Dans une période marquée par l’instabilité sur le plan extérieur mais aussi par la défiance d’une partie de la population vis-à-vis de nos institutions, il nous faut renforcer les liens entre l’armée et les citoyens.

  • Nous revitaliserons la réserve opérationnelle et la garde nationale.

Nous porterons les effectifs de la garde nationale à 85 000 volontaires en 2018. Elle regroupera tous les réservistes (armées, gendarmerie, pompiers, police, sécurité civile). Le développement de la garde nationale sera encouragé à travers la prise en charge des frais engagés, des bonifications retraites pour les périodes d’engagement ; et la validation des acquis d’expérience.

  • Nous créerons un service militaire obligatoire et universel d'un mois.

Il s’adressera aux jeunes femmes et hommes aptes de toute une classe d’âge et devra intervenir dans les 3 ans suivant leur dix-huitième anniversaire. L’accès aux métiers de la défense en tant que militaire d’active ou dans la Garde Nationale en sera facilité. Cela permettra aussi de disposer, en cas de crise, d’un réservoir mobilisable, complémentaire de la Garde Nationale.

  • Nous adapterons progressivement l'opération Sentinelle, en fonction de l'appréciation de la menace terroriste sur le territoire.
Retour aux propositions
Fermer la recherche