Le Covid-19 aurait épargné Pékin et Shanghai car il serait une une “arme biochimique” chinoise

coronavirus-arme-chinoise
LA FAUSSE NOUVELLE

De nombreuses publications sur les réseaux sociaux assurent que le Coronavirus, détecté en Chine à Wuhan en décembre dernier, “n’a pas atteint” Pékin et Shanghai, deux métropoles chinoises importantes pour la politique et l'économie du pays.

Capture d'écran Facebook prise par l'AFP le 7 avril

Puis cette publication sous-entend un intérêt financier pour la Chine puisque “le marché boursier dans le monde a fortement chuté sauf en Chine”. La preuve donc que le virus serait une “arme biochimique” au service des intérêts chinois.

LA RÉPONSE

C’est faux. L’épidémie a bien touché les villes de Shanghai et Pékin, en témoigne par exemple cet article datant du 20 janvier. Quelques jours plus tard, le gouvernement chinois avait même décidé de fermer la Cité impériale de Pékin et le parc d’attractions Shanghai-Disney.

Concernant le marché boursier, en février, la Bourse de Shanghai a essuyé sa plus grosse baisse en cinq ans, poussant la banque centrale chinoise à injecter 1 200 milliards de yuans (156 milliards d’euros) afin de soutenir l'économie.

Enfin, les théories sur la fabrication du virus par l'homme sont nombreuses. Pour y mettre fin, 27 chercheurs ont publié une tribune dans la revue scientifique The Lancet, démontrant l'origine naturelle du virus.

Lire l’article de l’AFP Factuel : cliquez ici

Fermer la recherche