Retour à la liste des comités
Comité local

En Marche Gumery

Messages des animateurs

Claude A. animateur

Bonjour,

 

Pour suivre le Président MACRON et son Gouvernement dans leur vaste mouvement de réformes, il est indispensable que notre mouvement « La République En Marche » les soutienne sans relâche.

 

Malheureusement, pour diverses raisons, je dois mettre fin le 28 février 2018 à mon rôle d'Animateur de notre Comité GUMERY - NOGENT sur SEINE.

Par ce message, j’'en informe tous nos adhérents que je joindrai également par email.

 

Si l’un (ou l’une) d’entre vous est  intéressé(e) par le rôle d'Animateur, je l’invite à pendre contact avec la nouvelle Référente auboise.

Loëtitia Carougeat – Tél :07 87 58 33 84 – email : dautet.laetitia@wanadoo.fr

Pour le cas où aucun d’entre vous ne postulerait ce poste d’Animateur, je vous invite à vous inscrire tous au Comité du Provinois.

Animateur Philippe FORTIN (Maire de Longueville - 77) – Tel 06 84 19 24 92

 

Comme l’ont déjà fait plusieurs de nos adhérents, je m'inscrirai dès le 1er mars à ce Comité du Provinois (géographiquement plus proche de nous que Troyes).

 

Merci pour votre action passée, et bon courage pour le futur.

 

Claude AUCOUTURIER

Moulin de Chiennat

10400 GUMERY

Tel 06 07 49 62 74

Animateur du Comité GUMERY NOGENT sur SEINE (jusqu'au 28 février 2018)

Moulin de Chiennat - GUMERY (près de NOGENT sur SEINE), 10400 Gumery
  • Cet événement est terminé
  • 1 inscrit
Il y a 5 mois

Claude A. animateur

Connectez-vous (ou rejoignez En-Marche.fr) afin de voir ce message.
Il y a 6 mois

Claude A. animateur

<h2 style="text-align:center">Questions à poser lors de la réunion conviviale, <h2 style="text-align:center">avec la présence du Ministre de l ‘Agriculture Monsieur TRAVERT, <h2 style="text-align:center">le vendredi 20 octobre 2017 à la permanence de Bar sur Aube <h2 style="text-align:center">de notre député Monsieur Grégory BESSON – MOREAU

*     *    *

Demandes formulées par un premier agriculteur du Nogentais

<p style="text-align:justify">1°) Filière « légumes » :

<p style="text-align:justify">Un soutien est nécessaire à la filière « légumes de plein champ » (pommes de terre et oignons) devant l’effondrement des cours :

<p style="text-align:justify">2016 : prix 230 euros la tonne – 2017 : prix 30 euros la tonne

<p style="text-align:justify">(chiffres à vérifier)

<p style="text-align:justify">2°) Aides de la PAC :

<p style="text-align:justify">Une renégociation doit intervenir en 2020 .

<p style="text-align:justify">Les aides seront elles maintenues ?

<p style="text-align:justify">3°) Aides pour la culture « bio » :

<p style="text-align:justify">Les aides seront elles maintenues ?

<p style="text-align:justify">4°) Fiscalité commune des pays de la CEE

<p style="text-align:justify">La fiscalités différentes dans les divers pays de la CEE faussent complétement les lois du marché.

<p style="text-align:justify">A quand une fiscalité commune ?

<p style="text-align:justify">5°) Revenus des cultivateurs :

<p style="text-align:justify">D ‘après les statistiques (à vérifier), les revenus des cultivateurs seraient comme suit :

    <li style="text-align:justify">10% ont un revenu correct <li style="text-align:justify">30% ont un revenu mensuel inférieur à 750 € <li style="text-align:justify">60% ont un revenu négatif

*     *    *

<p style="text-align:justify">Remarques formulées par un deuxième agriculteur du Nogentais

<p style="text-align:justify">1°) Colza pour carburant « Diester »

<p style="text-align:justify">Le volume de colza nécessaire à la production du diester diminue rapidement contrairement aux prévisions initiales, mettant en cause la rentabilité de l’usine SAIPOL de Nogent sur Seine, le manque de débouché pour les producteurs locaux, et à terme le risque de baisse du cours du colza.

<p style="text-align:justify">2°) Utilisation de « Glyphosate » :

<p style="text-align:justify">Quelle solution de remplacement ? Pour l’instant aucune ??

<p style="text-align:justify">Le retour au labour est défavorable à la structure des sols, et à la vie microbienne.

Page 2/2

Demandes formulées par un troisième agriculteur du Nogentais

(exploitation de 100 Ha)

<p style="text-align:justify">1°) Manque de rentabilité de la culture des céréales:

<p style="text-align:justify">Au cours des dernières années, la conjonction du mauvais temps et de l’évolution défavorable du marché mondial a provoqué une chute de la rentabilité de la culture de céréales.

<p style="text-align:justify">Production en 2016 : 45 quintaux par ha

<p style="text-align:justify">Production en 2016 : 75 quintaux par ha

<p style="text-align:justify">Production rentable : 85 quintaux par ha (à vérifier),

<p style="text-align:justify">De plus le cours du blé est actuellement de 130€ alors que le prix de revient est de l’ordre de 160 €

<p style="text-align:justify">Enfin nos principaux concurrents (Russie et Ukraine) disposent de fermes atteignant souvent 1000 Ha

<p style="text-align:justify"> 

<p style="text-align:justify">2°) Quelles perspectives d’avenir ?? :

<p style="text-align:justify">Les diversifications actuellement en cours nécessitent des investissements très importants, hors de portée des petits cultivateurs (chanvre pour le textile – soja pour les déshydratants – méthanisation – etc…)

<p style="text-align:justify"> 

<p style="text-align:justify">Seule la création de coopératives peut assurer l’accès des petits cultivateurs à ces diversifications. Comment le gouvernement peut – il favoriser ces regroupements ??

<p style="text-align:justify">3°) Respect de l’environnement :

<p style="text-align:justify">La méthanisation n’est pas favorable à l’environnement car elle implique le plus souvent deux cultures par an (souvent escourgeon + maïs) avec deux engrais et un arrosage conséquent qui sera de plus en plus difficile à assurer compte tenu de l’évolution du climat.

<p style="text-align:justify">4°) Concurrence déloyale :

<p style="text-align:justify">Nos partenaires de la CEE ne sont pas toujours tenus de respecter les normes souvent contraignantes imposées aux cultivateurs français.

<p style="text-align:justify">Par ailleurs la fiscalité différente selon les pays est un handicap pour nos cultivateurs.

<p style="text-align:justify">C’est ainsi que les petits cultivateurs renoncent souvent à embaucher un ou deux ouvriers agricoles compte tenu de l’importance des charges nuisibles à la compétitivité.

<p style="text-align:justify">Ces charges sont donc un obstacle à la diminution du chômage.

<p style="text-align:justify">5°) Que faire pour les cultivateurs qui veulent se reconvertir ??

<p style="text-align:justify">Est – il prévu dans les nouvelles réformes que les cultivateurs pourront bénéficier des « indemnités de cessation d’activité + reconversion » dont vont profiter le personnel de l’industrie et peut être du commence ???

<h2 style="text-align:justify">A cette dernière question, le Ministre a répondu par l'affirmative et un membre de son Cabinet ainsi que l'attache Parlementaire de notre député se sont s' engagés à nous envoyer des réponses écrites. <p style="text-align:justify"> 

<p style="text-align:justify"> 

 

Bar sur Aube - Permanence du député, 10200 Bar-sur-Aube
  • Cet événement est terminé
  • 1 inscrit
Il y a 9 mois

Claude A. animateur

Connectez-vous (ou rejoignez En-Marche.fr) afin de voir ce message.
Il y a 1 an
Fermer la recherche