Elise Fajgeles revient sur le projet de loi Asile et Immigration

1 mars 2018 - Ou comment allier humanité et efficacité.

Meilleur accueil pour les demandeurs d’asile, protection des plus fragiles, lutte contre les filières clandestines, aide au développement…

→ Le projet de loi « Asile et immigration » allie humanité et efficacité. On en parle avec Elise Fajgeles, rapporteur du projet de loi.



Et pour aller plus loin ...





Les principales mesures du projet de loi « Asile et Immigration » ?

Il s'agit de renforcer la protecton des personnes les plus vulnérables. Il s'agit également d'améliorer l'accueil des demandeurs d'asile, notamment en réduisant le délai d'examen de la demande, de la procédure. Il s'agit également d'être plus efficace dans les reconduites des personnes en situation irrégulière.

Comment est-ce possible d'allier « humanité » et « efficacité » ?

L' « humanité » c'est un accueil amélioré pour les demandeurs d'asile. Aujourd'hui lorsqu'on introduit une demande d'asile, on en a pour 14 mois pour connaître son statut, si on bénéfiera ou pas de la protection de la France. On reste longtemps sans connaître cette réponse et si au final on est débouté, c'est extrêmement compliqué de pouvoir être reconduit dans son pays d'origine. Et si l'on est réfugié, il faut pouvoir rentrer dans un parcours d'intégration le plus rapidement possible. Pour ce qui est de la fermeté, l'applicaton de la loi c'est la moindre des choses. Lorsqu'on n'a pas vocation à rester sur le territoire français, lorsqu'on est en situation irrégulière, il faut pouvoir être reconduit pour mener sa vie dans son pays d'origine.

Quelles protections pour les plus fragiles ?

Les texte prévoit de favoriser le regroupement familial pour les mineurs réfugiés qui ont la protection de la France. Le texte prévoit également une meilleure protection pour les jeunes filles qui sont menacées de mutilation sexuelle, d'excision, avec une transmission de leur certificat médical à l'OFPRA de manière à ce qu'elles puissent être protégées. Et le texte prévoit également une meilleure protection des femmes qui sont victimes de violences conjugales, de manière à ce qu'elles puissent rester sur le territoire, protégées.

Comment cela s'inscrit-il dans une politique de long terme ?

Le texte s'inscrit dans une politique globale migratoire. Actuellement il y a des migrations légales, qui sont des migrations pour le travail, qui sont des migrations pour les études, également pour le regroupement familial. Et puis il y a des migrations illégales, qui sont le fait de passeurs, de filières, de trafics d'êtres humains. Il faut absolument lutter contre ces filières. Il faut également faire de l'aide au développement. C'est extrêmement important, pour que les personnes ne soient pas les victimes de ces passeurs. C'est-à-dire, qu'elles puissent construire leurs vies dans leurs pays d'origines sans qu'on leur fasse miroiter que leur avenir doit être sur notre territoire. Pour cela, il faut convertir des activités de passeurs, en activité économique dans ces pays d'origine. C'est un travail de long terme, et un travail important à mener, beaucoup, avec le continent africain.

Dernières actualités

Fermer la recherche