Communiqué - Reconstruire Ensemble : LaREM s'engage pour la transformation du système de santé

25 mai 2020 - Dans le cadre du dispositif « Reconstruire Ensemble » mis en place par LaREM pour penser l’après-crise, le groupe de travail en charge du thème « santé » a présenté ses premières pistes de réflexion lors du Bureau exécutif du 25 mai.

Dans le cadre du dispositif « Reconstruire Ensemble » mis en place par La République En Marche pour penser l’après-crise, le groupe de travail en charge du thème « santé » a présenté ses premières pistes de réflexion lors du Bureau exécutif du 25 mai.

En préambule, La République En Marche salue le lancement du « Ségur de la santé » pour la refondation de notre système sanitaire et réitère son soutien à la demande de revalorisation des rémunérations du personnel soignant. Le Mouvement remettra sa contribution à la concertation dans les prochaines semaines.

L’épidémie de COVID-19 a mis en évidence la résistance mais aussi les fragilités de notre système de santé. Si l’exceptionnelle mobilisation des soignants a permis de le faire tenir debout, les stocks limités de masques, de respirateurs, de matériels et réactifs de tests, ont mis en lumière la perte d’indépendance de la France en matière sanitaire. En plus de l’impérieuse nécessité de transformer en profondeur l’hôpital et de revaloriser les salaires de son personnel, la crise a également révélé certaines lacunes de notre système sanitaire, celui-ci étant encore trop tourné vers le soin au détriment d’autres aspects tels que la prévention. Quant aux disparités sociales et territoriales, elles s’accentuent et mettent en péril le principe d’égalité.

Face à ces constats, le groupe de travail coordonné par Thomas Mesnier invite les cadres et adhérents de La République En Marche à réfléchir à cette thématique autour de cinq questions centrales, complémentaires aux chantiers lancés par le « Ségur de la santé », et soumet à leur avis plusieurs pistes de réflexion :

  • Comment renforcer la capacité d’adaptation de notre système de santé et regagner notre indépendance ? Il s’agit de réfléchir à la manière de rebâtir notre souveraineté sanitaire. Parmi les pistes proposées par le groupe de travail : reconstituer une capacité de production de médicaments et de de dispositifs médicaux consommables aux niveaux français et européen.

  • Comment enfin mettre en place la culture de prévention prônée depuis plus de 20 ans ? Il s’agit de réfléchir à la manière de développer massivement la promotion de la santé, dans tous les milieux et à tous les âges de la vie. Parmi les pistes : développer l’éducation à la santé à l’école, en s’appuyant entre autres sur les associations ; revoir les modalités de dialogue et de coopération des acteurs de la santé des enfants à l’échelle des territoires ; décentraliser la santé scolaire au niveau des communes pour un meilleur continuum entre la santé scolaire et l’accompagnement social ; faire évoluer la tarification à l’acte des professionnels de ville et passer d’une tarification à l’acte à une tarification au parcours de soin ou à un forfait au patient.

  • Comment édifier une véritable démocratie sanitaire pour associer le citoyen aux débats, en particulier sur les questions d’éthique ? Il s’agit de s’interroger quant à la manière d’inclure les citoyens aux débats et décisions sur les questions de santé et de réfléchir à l’usage que nous voulons faire des nouvelles technologies. Parmi les pistes : construire les indicateurs d’évaluation (prise en charge, soins, suivi) avec les patients et les professionnels de santé.

  • Quelle place pour les différents acteurs de la santé ? Il s’agit notamment de réfléchir à la répartition des rôles entre l’État et les collectivités locales mais aussi de repenser la place de l’Europe dans la politique de santé. Parmi les pistes : changer les relations entre l’État et les acteurs de santé en évoluant vers un état stratège fixant les objectifs et évaluant les résultats ; simplifier et développer les liens entre les différents modes d’exercice et faciliter les exercices mixtes et multi sites.

  • Comment renforcer l’égalité de notre système de santé, tout en le finançant de manière pérenne ? Il s’agit de réfléchir à la manière de corriger les inégalités sociales et territoriale en matière d’accès à la santé et de trouver de nouvelles ressources de financement pour financer les efforts supplémentaires nécessaires. Parmi les pistes de réflexion proposées par le groupe de travail : créer une nouvelle journée de solidarité envers tous les établissements de santé ; revoir la tarification à l’activité pour développer l’évaluation et le financement à la qualité et la pertinence des actes de soins ; introduire une composante « population » dans le financement des établissements de santé pour réintroduire davantage d’équité entre territoires…

« La santé a été un des piliers du programme d’En Marche et de l’action gouvernementale depuis 2017. Les actions engagées dans le cadre du plan « Ma santé 2022 » vont dans le bon sens, mais force est de constater qu’il faut accélérer et aller plus loin. Et parce que notre reconnaissance envers celles et ceux qui ont fait tenir le pays debout ne peut pas se limiter aux applaudissements quotidiens, augmenter les salaires des soignants devra être une priorité » a déclaré Stanislas Guerini, Délégué général de La République En Marche.

Les cadres et adhérent(e)s de LaREM seront consultés sur ce même sujet dès mardi via des ateliers organisés par les comités locaux et une consultation en ligne.

Dernières actualités

Fermer la recherche