Une mobilisation sans précédent pour nos soignants

14 avril 2021 - Le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a annoncé ce 12 avril lors du 3ème comité de suivi du Ségur de la santé les grandes lignes de la 2ème étape des accords : la revalorisation des carrières pour les personnels paramédicaux.

Enclencher une transformation profonde de l'hôpital : Olivier Véran s'y était engagé. Pour ce faire, il crée le Ségur de la Santé en mai 2020, une concertation multilatérale sur la transformation de l’organisation de notre système de santé.

Un an après, le ministre de la Santé et des Solidarités continue de tenir son engagement. Ce 12 avril, une nouvelle solution concrète pour donner de meilleures perspectives de carrière aux personnels travaillant déjà dans le système de santé et attirer de nouveaux talents a été annoncée. C'est une revalorisation inédite des carrières qui s'apprête à être appliquée dans la fonction publique hospitalière. Grâce à un investissement de l'État supérieur à 200 millions d'euros en 2021 (740 millions d'euros en année pleine dès 2022), ce ne seront pas moins de 500 000 professionnels paramédicaux qui verront leur rémunération augmenter dès le 1er octobre 2021.

Les carrières concernées par cette nouvelle mesure sont :

  • les infirmiers en soins généraux et spécialisés (anesthésistes, bloc opératoire, en pratique avancée) ;
  • les cadres de santé ;
  • les aides-soignants ;
  • les professionnels médico-techniques et de rééducation (masseurs-kiné, manipulateurs radio, orthophonistes, orthoptistes, ergothérapeutes) ;
  • les auxiliaires de puériculture.

Les mêmes personnels des fonctions publique territoriale, d'État et du secteur privé y seront également éligibles.

Que représentent concrètement ces revalorisations pour les personnels de la fonction publique hospitalière ?

  • Pour les infirmiers en soins généraux : 3.400€ net par mois en fin de carrière soit 153.000 personnels (dès la 1ère année : +107€ qui s’ajoutent aux 183€  = 290€ net par mois) ;

  • Pour les infirmiers spécialisés : +578€ net par mois après 20 ans de carrière soit 16.700 personnels (anesthésistes, bloc opératoire, en pratique avancée) ;

  • Pour les aides-soignants : +651€ net par mois en fin de carrière soit 200.000 aides-soignants qui vont passer de la catégorie C à la catégorie B de la fonction publique (après un an de carrière, salaire de 1.532€ nets/mois en hausse de 228€ grâce au Ségur. En fin de carrière, +651€ à 2.954€ net) ;

  • Pour les cadres de santé : près de 4.000€ net par mois en fin de carrière soit 15.000 personnels (après 20 ans de carrière, +621€ net par mois) ;

  • Pour les masseurs-kinésithérapeutes : +300€ net par mois dès le début de carrière soit 2.600 personnels (+302€ pour un salaire de 1.681€ net/mois après un an, pour atteindre 3.552€ en fin de carrière).

Il y a trois ans, le Gouvernement a établi un diagnostic pour remédier aux problèmes structurels du système de santé de ces dernières décennies. Un cap a également été fixé pour le transformer en profondeur, via la stratégie Ma Santé 2022 et le plan d’urgence pour l’hôpital.

Depuis 2020, le Ségur de la Santé poursuit cette transformation. Cet investissement massif s'inscrit en réponse à la crise sanitaire, accélératrice et révélatrice des failles auxquelles le système hospitalier doit encore trop souvent faire face. Il marque également une reconnaissance forte envers l'engagement remarquable du personnel soignant, qui n'a jamais ménagé ses efforts pour lutter contre l'épidémie.

Ces choix forts, rapides et assumés s'inscrivent en cohérence avec l'une des ambitions de la République En Marche : celle de toujours voir la réalité en face ; et l’une des ambitions du Président de la République : celle de toujours oser opérer les transformations quand elles sont nécessaires. Parce que notre système de santé constitue l’une des forces de notre modèle, nous nous devons de le protéger.

Dernières actualités

Fermer la recherche