Des Projets Qui Marchent : Besançon, étape de la transition écologique

12 novembre 2019 - Mettre en lumière des innovations locales, c’est le but du tour de France "Des Projets Qui Marchent”. Pour la 3ème étape sur le thème de la transition écologique, Stanislas Guerini était à Besançon, accompagné de Brune Poirson.

besancon-poirson-guerini

Jusqu'au 7 décembre, le Délégué général de La République En Marche, Stanislas Guerini, part à la rencontre d’élu(e)s et de citoyen(ne)s engagé(e)s dans la mise en place de projets qui améliorent significativement la vie locale. L’objectif : inspirer la réflexion du mouvement autour du progressisme local en vue des Municipales 2020. Ces “bonnes pratiques”, testées et approuvées sur le terrain, viendront en effet nourrir les différents piliers du socle programmatique de La République En Marche.

Troisième étape : Besançon, dans le Doubs, ce samedi 9 novembre.

Stanislas Guerini était accompagné de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire , pour échanger avec le public sur la thématique de la transition écologique. Comme lors des deux premières étapes, des projets locaux innovants ont été présentés au public. Trois thématiques ont été abordées : le traitement des déchets, les circuits courts et les énergies renouvelables.

Le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, a dans un premier temps présenté la redevance incitative, mise en place depuis 2008 dans sa ville pour inciter les habitants à réduire leurs déchets. Cette redevance est en effet calculée en fonction du poids des déchets de chaque habitant lors de la collecte. Une mesure qui a permis de faire baisser de 30% la quantité de déchets à traiter (soit 70 kilos par an et par habitant).

Jean-Louis Fousseret a ensuite présenté l’initiative de la ferme périurbaine “Graîne de Maraîchers”. Lancée en 2014 par la communauté d’agglomération du Grand Besançon, elle permet à de jeunes maraîchers de lancer leur activité sur des terres mises à disposition par la collectivité en échange d’une cotisation. La production est ensuite vendue en circuits courts (sur les marchés ou en vente direct). Ces nouveaux maraîchers sont également formés aussi bien sur le plan technique (400H/an) que sur le plan juridique (100H/an).

Concernant les énergies renouvelables, c’est Jean-François Dugourd, coordinateur de La Fruitière à énergies de Quingey qui est venu présenter son projet. Cette entreprise participative (gérée collectivement par les habitants) propose en effet des solutions de production d’énergies renouvelables à des citoyens, des collectivités ou des entreprises. Depuis sa création, 2 centrales photovoltaïques ont déjà été mises en service et de nombreux autres projets sont en cours (réalisation solaire thermique, éolienne ou méthanisation).

Dernières actualités

Fermer la recherche