Pour la santé de tous les Français, priorité à la prévention !

26 mars 2018 - Le Gouvernement a présenté le Plan national de santé publique « Priorité Prévention », un des piliers de la stratégie nationale de santé.

La France a aujourd’hui un très bon système de soins mais nous pouvons encore faire des progrès considérables en matière de prévention.



Mieux lutter contre les inégalités en matière de santé

C’est un constat inacceptable : nous ne sommes pas tous égaux face en matière de santé. La différence d’espérance de vie entre les Français les plus modestes et les Français les plus aisés est de 13 ans pour les hommes et 8 ans pour les femmes !

« La bonne santé, c’est aussi une question de justice sociale »
Edouard Philippe

Égal accès aux soins, information, bonnes pratiques, vaccination, dépistage, toutes les actions en matière de prévention peuvent concourir à réduire les inégalités en matière de santé.

Le Gouvernement a présenté un plan de prévention complet qui « tient compte de tout ce qui peut avoir une incidence positive ou négative sur l’état de santé de la personne » : les addictions, l’éducation, le sport, le dépistage, la vaccination, la qualité de l’air... « Pour chaque tranche d’âge et pour chaque risque ce plan cible ce qui marche, il généralise, facilite, informe, soutient financièrement ».

Prévenir les risques en matière de santé

Le Gouvernement engage 400 millions d’euros sur 5 ans pour organiser ses actions de prévention. Ce dispositif s’ajoute au service sanitaire créé pour mobiliser les étudiants en santé pour la prévention des patients.



Voici 5 exemples de ce qui va changer concrètement pour vous !

Les femmes enceintes seront mieux informées sur les risques liés à leur grossesse. Aujourd’hui, 1 enfant sur 1 000 naît avec un handicap lié au syndrome d’alcoolisation fœtale. Le Gouvernement va renforcer la visibilité du message « zéro alcool pendant la grossesse ».

Les enfants seront accompagnés pour lutter contre l’obésité précoce. Près de 20 % des 10-11 ans sont en surpoids et plus de 3 % souffrent déjà d’obésité ; or, l’obésité infantile favorise l’obésité à l’âge adulte. Après une expérimentation dans 4 départements, le Gouvernement engage un programme de prévention de l’obésité chez les 3-8 ans. Il permettra au médecin traitant de l'enfant de lui prescrire des consultations diététiques, des bilans d'activité physique ou des consultations psychologiques. Des séances d’activité physique seront intégrées à ce programme de prévention.

Les jeunes seront mieux informés sur les maladies sexuellement transmissibles. Seulement 53 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans ont utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel. C’est pourquoi le Gouvernement va expérimenter le « Pass préservatif » pour les moins de 25 ans, un programme de prévention donnant un accès gratuit à des préservatifs.

Les fumeurs seront aidés beaucoup plus efficacement pour arrêter de fumer. Le tabac tue 73 000 personnes chaque année en France et le cancer du poumon est devenu la première cause de mortalité chez les femmes. Les mesures d’aide pour arrêter sont renforcées : le forfait d’aide au sevrage de 150 € actuellement en place va être remplacé par un remboursement direct des aides à l’arrêt du tabac.

Les risques de dépendance des personnes âgées seront mieux prévenus. Près de 600 000 personnes vivent en EHPAD aujourd’hui. Dès 2018, le Gouvernement finance des programmes de prévention dans ces établissements, ciblés sur la perte d’autonomie et l’aggravation de l’état de santé auprès des résidents. Par ailleurs, le Gouvernement va systématiser, pour les personnes qui partent en retraite, une consultation médicale pour repérer et prévenir les risques de perte d’autonomie.

Dernières actualités

Fermer la recherche