Futur du vote : prise de position

27 janvier 2021 - Adapter notre processus démocratique est au moins autant une exigence sanitaire qu’un impératif pour redonner confiance dans notre système électoral. Le Mouvement présente 23 recommandations pour l'avenir du vote

L’année dernière, notre vie démocratique a dû s'adapter, elle aussi, à une crise sanitaire qui n’en finit pas de bouleverser nos habitudes. Cette année encore, nous serons appelé(e)s à voter dans ce contexte de pandémie de la Covid-19, lors des élections départementales et régionales.

La question du futur du vote à l’heure du numérique et de la montée constante de l’abstention se pose.

Sur recommandation du Délégué Général, une task force composée d’Alain Richard, ancien Ministre et Sénateur du Val-d-'Oise, de Laurianne Rossi, Députée des Hauts-de-Seine et de Pacôme Rupin, Député de Paris, a auditionné une quinzaine d’experts (démocratie, sécurité, sociologie, logistique, vote par internet...) pour déterminer la position du mouvement. Les membres de notre association partenaire JUREM (les Juristes en Marche), ainsi que les référents de notre mouvement se sont également mobilisés.

Ce travail collectif a abouti à 23 recommandations. Quelques exemples :

Elargir l’établissement de procurations à domicile,

Favoriser le volontariat des 18-20 ans à se porter assesseur de bureaux de vote,

Lancer une campagne en faveur de l’inscription sur les listes électorales,

Repenser les campagnes électorales : étendre aux réseaux sociaux la diffusion des clips de campagne, autoriser l’accès à la publicité en ligne ou encore allonger la durée officielle,

Ouvrir la voie du vote par internet pour les élections présidentielles de 2027, et permettre, alors, le vote anticipé en ligne

Ouvrir la voie au vote par correspondance


Dernières actualités

Fermer la recherche