Portrait de candidate : Maud Bregeon

28 janvier 2020 - Investie pour mener une liste dans la ville de Levallois-Perret (92), Maud Bregeon est une marcheuse de « la première heure ». Portrait d’une femme résolument engagée.

« J’ai toujours eu envie de faire de la politique, j’ai toujours aimé ça et eu de l’appétence pour ces sujets. Mais on est une génération où lorsqu’on est bon en maths, on suit un cursus dans une filière scientifique ».
Maud Bregeon a 29 ans et sait ce qu’elle veut. Femme déterminée, elle s’engage pleinement dans les projets qu’elle souhaite menée à bien. « Quand j’avais 20 ans, je suis partie seule, loin, en sac à dos pour visiter l’Asie. Ca m’a permis de développer l’autonomie, une capacité à aller vers les gens, à échanger avec des personnes et des cultures différentes ». Elle réitérera cette expérience à plusieurs reprises. Maud Bregeon a ce goût de la découverte. Ce goût de l’échange.

Née à Poitiers, elle arrive à Levallois-Perret en 2014 pour travailler dans le domaine de la sûreté nucléaire et la gestion de crise après des études à Polytech Nantes. C’est pour elle une fierté : « Je suis fière d’avoir accédé à ce monde souvent considéré comme réservé aux hommes. J’aime ce métier. On a vraiment les mains dans le cambouis. Et surtout, je suis attachée à cette notion de service public ». C’est d’ailleurs cette dernière qui fait écho en elle et qui la pousse à s’intéresser de plus en plus à la vie politique locale.

En 2017, Maud Bregeon est mobilisée aux Antilles à la suite de l’ouragan Irma. *« Cette mission fut très marquante et difficile. Mais c’était également incroyable. Voir le bonheur des gens lorsque l’on remet le courant pour des gens qui n’ont pas eu d’eau et d’électricité pendant plusieurs semaines, ça n’a pas de prix ». *

Notre candidate est également engagée dans l’association « Elles bougent ». Cette dernière regroupe des femmes évoluant notamment dans des métiers d’ingénierie afin de réaliser des interventions dans des écoles pour susciter des vocations auprès des jeunes filles. « On veut montrer que ce secteur n’est pas réservé aux hommes, que les femmes sont tout à fait légitimes dans ces domaines ».

Avant la création d’En Marche, Maud Bregeon ne s’était jamais engagée dans un parti ou mouvement politique. « Je ne me retrouvai dans aucun parti politique traditionnel ». Pourtant, sa conscience politique est en éveil depuis qu’elle est très jeune : « On a toujours parlé politique à la maison. Je suis issue d’une famille dans laquelle le débat public a vraiment sa place ». Elle assistait notamment aux dépouillements dans les bureaux de vote avec son père lorsqu’elle était enfant.

« Le discours d’Emmanuel Macron à Versailles a été un déclic. J’ai suivi un homme à la fois libéral, social et pro-européen »

En Marche a été un déclencheur. Fin 2016, elle adhère donc au comité local de Levallois-Perret. « J’ai été séduite par cette envie d’avancer, ce respect de tous. La campagne présidentielle a été une aventure extraordinaire ». En 2017, elle est première suppléante d’André Gattolin pour les sénatoriales. Une expérience qu’elle chérit et qui l’a renforcée : « J’ai rencontré de nombreux élus locaux du département. J’ai rencontré des maires. J’ai réalisé qu’être maire, c’est être un entrepreneur du bien commun ».

C’est en 2018 qu’elle devient référente des Hauts-de-Seine. Elle se mobilise aux européennes avec les nombreux militants et est fière des résultats dans son département.

En septembre 2019, elle obtient l’investiture pour les municipales dans la commune de Levallois-Perret. « C’est un honneur d’avoir la confiance du mouvement présidentiel et de pouvoir en porter les couleurs ».

Notre candidate est attachée au collectif. Tout est possible lorsqu’un collectif est déterminé. Et cela tombe bien, son collectif est déterminé.

Dernières actualités

Fermer la recherche