3 questions à ... Jean-Christophe Sciberras

22 novembre 2019 - Cette semaine, le Premier ministre Edouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont lancé la plateforme "MonCompteFormation". Jean-Christophe Sciberras, Directeur des Relations Sociales d'Axa répond à nos questions sur ce sujet.

Le dispositif "Mon Compte Formation" va fournir à l'ensemble des salariés, indépendants, professionels libéraux ou conjoints colaborateurs, soit presque 30 millions de personnes, une plateforme pour faire valoir leurs droits à la formation. Abondé chaque année par l'employeur, le compte formation permet, grâce à cette plateforme, d'accéder à plus de 100 000 sessions de formation. En renseignant son numéro de sécurité sociale lors de l'inscription, il est désormais possible de découvrir l'ensemble de ses droits, qui restent valable tout au long de sa vie même en cas de changement de voie professionnelle.
Jean-Christophe Sciberras, Directeur des Relations Sociales d'Axa et ancien Président de l’Association nationale des DRH, répond à nos questions.


1.Quelles sont les tendances en matière de formation pour les entreprises ?

Le point clé pour les entreprises , c’est la rapidité des changements qui affectent notre environnement (mondialisation du business, digitalisation croissante du travail, automatisation croissante de la production, interaction croissante avec nos parties prenantes) et les conséquences en terme de travail et donc de formation : recours croissant à l’anglais, besoin d’une agilité digitale pour toutes les catégories et pas seulement pour les jeunes et les cadres, nécessité de développer pas seulement les formations techniques mais aussi les compétences comportementales autour de la communication , du travail en équipe, des qualités managériales.
En outre, les carrières se feront de plus en plus dans plusieurs entreprises ou environnement professionnels tout au long de la vie, c’est une opportunité mais aussi un défi pour les salariés : la formation doit aider à s’y préparer et le collaborateur doit être acteur de ses évolutions car c’est lui que cela concerne d’abord.


2. C’est quoi le compte personnel de formation ?

Le CPF est un compte individuel qui accumule des droits à la formation tout au long de la vie à partir de financement de l’entreprise ; ce compte n’est pas dans l’entreprise et ne dépend pas d’elle pour son utilisation : c’est aussi au salarié – et tous les salariés de France en ont un – de l’ouvrir par internet : il est géré par un organisme public, la Caisse des dépôts et consignations, qui donne toutes les garanties de confidentialité et de sérieux.
On y voit toutes les formations accessibles. Le CPF existe depuis 2014 et ça été un grand pas puisque le salarié ne dépend plus de l’acceptation de son employeur pour choisir une formation ; la formation peut ainsi permettre au salarié de se préparer à un nouveau métier ou à une évolution professionnelle. Reste que quand on est salarié et qu’on choisit une formation pendant le temps de travail, il faut demander l’accord de son employeur pour participer à la formation et qu’il n’est pas tenu de maintenir le salaire.


3. En quoi la réforme de 2019 change les choses ?

La réforme vise d’abord à simplifier l’accès pour chacun à son CFP par une Appli qui fonctionne depuis le 21 novembre 2019. Il suffit de la télécharger comme toute appli sur son smartphone. Le deuxième changement, c’est qu’on peut s’inscrire directement à des formations en ayant connaissance de ses droits car ils sont affichés sur l’appli : les droits sont désormais exprimés en euros (avant c’était en heures) et on regarde si on peut se payer la formation qu’on vise avec le prix de la formation aussi exprimé en euros. Dès le début , il y a 100.000 formations qui sont accessibles sur l’appli, avec des formations très diversifiées : anglais, bureautique, manutention… et même permis de conduire poids lourds et automobiles !
Bref, c’est une immense évolution où la France est pionnière dans le monde et qui devrait connaître un grand succès.

Dernières actualités

Fermer la recherche