David Kauffer, maire de Saint-Romain-les-Atheux : “La ruralité doit être un choix et une exigence”

15 juin 2020 - Référent de LaREM dans la Loire, David Kauffer a été élu maire de Saint-Romain-les-Atheux au soir du premier tour des élections municipales. Il nous raconte sa prise de fonction et précise ses priorités pour le début de son mandat.

Comment s’est passée votre prise de fonction, dans les circonstances de la crise sanitaire ?

La nouvelle équipe municipale est arrivée dans une période particulière et délicate. Mais ça n’a heureusement pas empêché notre prise de fonction de bien se passer, grâce à l’attention de l’équipe sortante, et en premier lieu du maire sortant, qui a veillé tout au long de la crise à nous associer au quotidien à la prise de décisions. Le conseil a été officiellement installé le 25 mai dernier. L’une de nos premières actions a été d’organiser au centre de loisirs l’accueil d’enfants ne pouvant aller à l’école. La logistique peut s’avérer complexe dans ce genre de situations, mais nous sommes une équipe solide et dévouée qui n’a pas peur de se retrousser les manches ! Nous sommes d’ailleurs impatients d’apprendre à travailler ensemble et de commencer à mettre en oeuvre nos idées pour la commune.

« Nous avons établi un “Plan de Mandat” pour déployer nos priorités efficacement. »

Justement, quelles sont vos priorités pour votre début de mandat ?

Nous avons établi un “Plan de Mandat” pour déployer nos priorités efficacement. Mais, avant tout, il s’agit d’être à l’écoute “active” de la commune, de prendre le temps d’échanger, d’appréhender les problèmes et de dessiner des solutions. Pour cela, il est primordial de dialoguer avec tous nos partenaires, par exemple les associations. Il est aussi indispensable de prendre le temps d’établir un lien de confiance avec le personnel communal. Car c’est ensemble que nous réussirons à affronter les défis qui sont devant nous.

Quelle vision de la ruralité souhaitez-vous promouvoir en tant que maire de Saint-Romain-les-Atheux ?

Je crois vraiment que la ruralité, raisonnée et humaine, peut être l’avenir de notre société. Elle repose sur des liens sociaux forts, sur une entraide et une solidarité dont on a vu à quel point elles peuvent être puissantes, sur la proximité, les circuits courts... autant de choses qui contribuent fortement à définir un cadre de vie de qualité. D’où que l’on vienne, le retour à la terre peut être, et devrait être, synonyme d’épanouissement, personnel et collectif. Opposer milieux ruraux et urbains n’a à mes yeux aucun sens : je pense que tout individu a besoin des deux ! Et puis ce sont des configurations complémentaires : si l’on fait confiance aux acteurs de terrain, la ruralité peut être un lieu d’expérimentation extraordinaire pour trouver des solutions à bon nombre de problèmes dont souffrent également les villes. Mais attention : il ne s’agit pas de faire n’importe quoi sur l’autel d’une “nouvelle ruralité” fantasmée, la ruralité doit être un choix et une exigence.

Dernières actualités

Fermer la recherche