Déconfinement : “Nous allons devoir apprendre à vivre avec le virus”

20 avril 2020 - Lors d'une conférence de presse ce dimanche 19 avril, le Premier ministre et le ministre de la Santé ont esquissé les contours du déconfinement. Voici les principales informations à retenir.

Si le confinement mis en place il y a près de cinq semaines commence à produire ses effets et que des mesures inédites ont été prises pour protéger les Français et notre économie (lire l’article), la crise sanitaire n’est pas terminée. Nous devons aujourd’hui organiser notre vie pour les mois qui viennent avec pour fer de lance : la prévention.

Le premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, ont ainsi précisé les premiers principes retenus pour préparer le plan de déconfinement qui doit être “guidé par deux impératifs : préserver la santé des Français et assurer la continuité de la vie de la Nation. Autrement dit, garantir que nous allons continuer à produire pour nous nourrir, nous déplacer, investir ou encore étudier, etc.

« Notre vie, à partir du 11 mai, ça ne sera pas exactement la vie d'avant le confinement. Pas tout de suite, et probablement pas encore avant longtemps (...) Nous allons devoir apprendre à vivre avec le virus. »
Edouard Philippe, le 19 avril 2020

Pour l’heure, nous savons que la population n'est pas immunisée, il n’y a pas de traitement connu et nous n'aurons “pas de vaccin avant mi-2021”, a expliqué Edouard Philippe. Il nous reste ainsi un instrument fiable : la prévention.

  • Les 3 piliers de la prévention

1. Appliquer les gestes barrières et “un masque pour tous à partir du 11 mai”

Il existe un consensus international sur ces gestes barrières et la distanciation physique ; ce sont les meilleurs outils pour se prémunir. En revanche, “les prendre avec plus de décontraction c'est nous exposer à une reprise de l'épidémie”, a affirmé le Premier ministre.

Concernant les masques grand public : “Ils ne remplaceront jamais les gestes barrières”, a complété Olivier Véran rappelant qu’ils étaient complémentaires des mesures barrières et répondent à des normes garantissant un certain niveau de sécurité.

L’objectif est donc de permettre l’accès à ces masques grand public à tous les Français à partir du 11 mai. Au total, 17 millions de masques par semaine vont être produits d'ici le 11 mai en plus de dizaines de millions commandés.

2. Tester massivement : “500 000 tests par semaine”

Deuxième étape, “nous allons devoir tester beaucoup, vite et rapidement”, a annoncé Edouard Philippe. Aujourd'hui la France réalise environ 150 000 tests par semaine. Le déploiement sera massif d'ici le 11 mai avec 500 000 tests par semaine.

Tester permettra de casser les chaînes de transmission. Des équipes dédiées seront mise en place pour identifier les cas contacts. En plus des tests, une évaluation de l'utilisation des technologies numériques est en cours, sur la base du volontariat et de manière anonymisée.

3. Isoler les porteurs du virus “à domicile ou à l’hôtel”

Enfin, la troisième et dernière étape sera d’isoler les porteurs du virus. Ainsi, dès l’apparition des symptômes, il faudra se faire tester et si cela s’avère positif choisir un isolement, soit à domicile avec sa famille, soit à l'hôtel, le tout complété par un suivi médical.

  • Vivre avec le virus

Vivre avec le virus c'est respecter la distanciation sociale : dans les transports avec le port du masque obligatoire envisagé ; dans les entreprises en privilégiant le télétravail quand il est possible sinon en respectant les gestes barrières ; dans les commerces qui pourront rouvrir en respectant la distanciation sociale (gel hydroalcoolique, distance d'un mètre minimum...) ; dans les écoles avec une réouverture progressive pour répondre à cette continuité de la vie de la Nation et résoudre les inégalités sociales.

« Nous allons tous être acteurs du déconfinement. »
Edouard Philippe, le 19 avril 2020

Par ailleurs, s’agissant des écoles, le Premier ministre a évoqué les scénarios les plus probables précisant qu’ils étaient envisagés différemment les territoires car la situation n’est pas la même quant à la circulation du virus : une rentrée très progressive, une rentrée par demi-classe, une rentrée limitée aux enfants en difficulté et aux enfants dont les parents travaillent sans solution de garde... Sur la base de ces scénarios, et avec les maires et les collectivités locales, le Gouvernement décidera de la méthode la plus adaptée.

Enfin, Olivier Véran a souhaité faire un point sur la protection des personnes vulnérables et des personnes âgées, il a rappelé qu’elle était une priorité pour le Gouvernement. Pour se protéger, nos aînés doivent rester le plus possible chez eux et éviter au maximum les sorties. "Nous n'imposerons rien aux personnes âgées, pas de caractère obligatoire, mais nous ferons de la prévention”, a-t-il conclu.

Le plan de déconfinement sera présenté d’ici la fin du mois d’avril, le Premier ministre a d’ores et déjà précisé que le binôme maires/préfets sera au cœur du dispositif pour l’adapter aux spécificités des différents territoires et qu’un débat parlementaire aura lieu de façon à rendre publics les débats politiques ainsi que les questions qui s’ensuivent.

Dernières actualités

Fermer la recherche