Ce qui est fait pour les plus démunis face au Covid-19

19 mars 2020 - Dans cette crise sanitaire historique, le Gouvernement est attentif à ceux qui sont en situation de grande précarité et s’organise en lien avec les associations et les collectivités. On fait le point sur les dernières annonces.

Le président de la République a annoncé lundi 16 mars de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19 dans notre pays (lire notre article). Il a en outre affirmé que les services que nous devons aux plus démunis et aux personnes isolées seront assurés.

Avec les acteurs du secteur, les associations et les collectivités locales, le Gouvernement s’organise et des nouvelles mesures ont été annoncées.



  • La trêve hivernale est repoussée
La trêve hivernale a été repoussée de deux mois jusqu’au 31 mai 2020. Concrètement, cela signifie que les 14 000 places exceptionnelles ouvertes cet hiver resteront ouvertes deux mois de plus et qu’il n’y aura pas d’expulsions locatives jusqu’à cette date.

  • Les centres d’hébergement restent ouverts
Pour continuer à héberger les 157 000 personnes en situation de détresse, les centres d’hébergement d’urgence ne sont pas concernés la décision de fermeture des lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays.
« Ma priorité est de maintenir l’assistance aux plus vulnérables et je remercie sincèrement tous les professionnels et bénévoles engagés dans cette action. »
Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement
  • Des chambres d'hôtel sont réquisitionnées
Depuis ce mercredi 18 mars, plusieurs centres avec des chambres individuelles et des chambres d’hôtel ont été réquisitionnés pour y loger des personnes dans la rue ; 270 autres seront ouvertes avant la fin de la semaine.

Par ailleurs, le ministère travaille en collaboration avec certains groupes hôteliers pour proposer des places dans toute la France.

  • Deux centres spécialisés pour les personnes malades vont ouvrir à Paris
Comme pour l’ensemble de la population, les personnes hébergées présentant des symptômes ou étant malades mais ne relevant pas d’une hospitalisation doivent pouvoir être au maximum être confinées.

Ainsi, des centres d’hébergement spécialisés pour malades non graves sont en cours de mise en place par les préfectures en lien avec les agences régionales de santé.

Les deux premiers centres ouvriront à Paris dans les prochains jours, pour un total de 150 places, dont le premier d’ici vendredi et ce déploiement va s’accélérer dans le reste du territoire dans les jours suivants. Au total, plus de 80 sites ont été pré-identifiés dans toute la France par les préfets pour un total de 2 875 places.

Dernières actualités

Fermer la recherche