Climat : non aux incantations, oui à l’action

5 mai 2021 - Le vote de la loi Climat & Résilience ce mardi 4 mai à l'Assemblée est une nouvelle illustration de notre volonté de regarder la réalité en face.

climat-non-incantations-oui-action

Il est tentant de vouloir restreindre le débat sur la transition écologique à des notions de tout bon ou tout mal. La réalité est pourtant bien plus complexe. En assumant cette complexité, en choisissant de regarder la réalité en face et d’en comprendre les nuances, nous permettons à notre société d’avancer dans la bonne direction. Nous trouvons des solutions et agissons là où tant d’autres ont renoncé avant nous.

Confrontés à l’urgence et à l’ampleur de la crise écologique, nous choisissons d’être de ceux qui ont le courage d’agir. Depuis 4 ans, le Président de la République et le Gouvernement n’ont cessé de se mobiliser face à l’un des plus grands enjeux du XXIe siècle. Le vote de la loi Climat & Résilience cette semaine à l'Assemblée en est une nouvelle illustration.  
 

  • Avoir le courage d’agir, c’est porter de grandes ambitions.
 C’est choisir de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 10 ans ou encore de sortir des véhicules thermiques en 2040. Ces engagements ambitieux, nous nous donnons les moyens de les atteindre : 30 Md € sont consacrés à la transition écologique dans le cadre du plan France Relance. La loi Climat & Résilience fixe quant à elle un objectif de réduction par deux du rythme d’artificialisation des sols.   Parce que nous nous devons de tenir nos ambitions ; parce que nous ne sommes pas de ceux qui disent mais de ceux qui font.  
 
  • Avoir le courage d’agir, c’est transformer nos modèles en profondeur, en ne laissant personne sans solution.
 

Nous changeons notre manière de se déplacer, en permettant à chacun d’acheter un véhicule moins polluant avec le bonus écologique et la prime à la conversion. Nous repensons notre modèle de production, en arrêtant le gaspillage avec l’interdiction de destruction de tous les invendus. Nous permettons à chacun de bénéficier d’une alimentation locale et plus respectueuse de l’environnement avec la mise en place très bientôt du chèque alimentation durable.   La loi Climat & Résilience fait elle aussi entrer l’écologie dans nos vies. 4,8 millions de passoires thermiques seront rénovées (interdiction de mise en location en 2028 et aides à la rénovation) et un CO2 score sera créé pour mieux nous informer sur l’impact environnemental de nos achats. 


 

  • Avoir le courage d’agir, c’est prendre les décisions qui s’imposent.
  C’est dire non à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à EuropaCity et à la Montagne d’or en Guyane. C’est être le premier pays au monde à fermer ses centrales au charbon et le seul pays du G20 à refuser des permis d’hydrocarbures sur son territoire ; et cela dès aujourd’hui, comme en témoigne la fermeture de la centrale à charbon du Havre ce 31 mars 2021. C’est interdire progressivement les vols domestiques lorsqu’une alternative à 2h30 en train existe, grâce à la loi Climat & Résilience. 


 

  • Avoir le courage d’agir, c’est conduire cette transition au niveau européen et international.
 

À l’échelle de l’Union Européenne, la France a initié l’objectif de réduction de moitié de l’utilisation de phytosanitaires d’ici 2025. Par rapport à ses voisins, elle est en avance sur la sortie du glyphosate. Pour faire de l’Europe le premier continent neutre en carbone à horizon 2050, elle s’est également engagée aux côtés de ses voisins dans le cadre du Pacte Vert.  À l’échelle internationale, le Président de la République a su faire agir les autres nations pour le climat. Dans le cadre du One Planet Summit à l’initiative d’Emmanuel Macron, plusieurs se sont mobilisées pour investir 14,3 milliards pour la Grande muraille verte au Sahel et créer la Coalition pour une Méditerranée exemplaire. 


Nous sommes fiers d’agir. Et avons le courage de l’affirmer. 

Ce mandat n’est autre que celui de l’action. C’est là le coeur de notre engagement depuis quatre ans, dont la loi Climat et Résilience portée à l’Assemblée en cette année 2021 en est la traduction concrète.  Si nos politiques ont conscience de l’urgence climatique depuis les années 70, nous sommes de ceux qui, enfin, agissent. Et qui continueront.

Dernières actualités

Fermer la recherche