Réforme de l’assurance chômage : un pas de plus vers la société du travail

2 mars 2018 - Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a présenté la réforme de l’assurance chômage.

Aujourd’hui, trop de Français se lèvent chaque matin sans trouver de sens ou d’intérêt personnel à leur activité professionnelle et éprouvent un sentiment d’inutilité, parfois de mal-être au travail. Ils sont prisonniers de leur emploi.

C’était un engagement de campagne : pour retrouver un sens au travail, le Gouvernement va mettre en place un droit à l’assurance chômage pour ceux qui démissionnent afin de mener un nouveau projet professionnel.



De nouveaux droits pour bâtir la société du travail

Avec la démission indemnisée, le Gouvernement offre aux salariés la possibilité d’organiser différemment leur transition professionnelle.

  • Concrètement, un salarié qui souhaite créer son entreprise ou changer de métier, pourra percevoir, tous les cinq ans, une indemnisation chômage.
  • C’est une révolution professionnelle qui redonnera aux salariés le pouvoir de défendre leur projet de développement personnel. Quitter une entreprise avec des indemnités était jusqu’alors une décision à la discrétion seule de l’entreprise (licenciement ou rupture conventionnelle). Désormais, les salariés auront une autre voie pour s’épanouir en réalisant une transition professionnelle.
  • Cette mesure sera évaluée pour en maîtriser les coûts : un bilan sera fait par les partenaires sociaux au bout d’un an.


Avec les droits de chômage pour les indépendants, le Gouvernement valorise les efforts de tous les travailleurs.

  • Aujourd’hui seuls les salariés ont le droit de toucher l’assurance chômage en cas de licenciement ou de rupture conventionnelle.
  • Le Gouvernement souhaite encourager ceux qui prennent des risques dans la création d’une activité économique en ouvrant l’assurance chômage pour les agriculteurs, les artisans, les micro-entrepreneurs, les commerçants indépendants.
  • Concrètement, un agriculteur qui entre en liquidation judiciaire pourra toucher un revenu de 800 € par mois pendant 6 mois. C’est un droit qui n’avait jamais existé sauf au prix de cotisation auprès d’assurances privées !

De nouveaux devoirs pour construire la société du travail

Le Gouvernement contraint les branches à lutter contre le travail précaire.

  • Les contrats courts organisent le travail précaire en France, empêchant les salariés de faire des projets ou de prendre des engagements financiers.
  • C’est pourquoi le Gouvernement demandera aux branches de prendre d’ici la fin de l’année des mesures afin de modérer le retour aux contrats courts. Il interviendra d’ailleurs lui-même si les résultats ne sont pas satisfaisants.
  • Concrètement, cette réforme permettra aux travailleurs de se projeter plus durablement dans leur emploi, pour louer voire acheter un bien immobilier par exemple.

Le Gouvernement veut lever la suspicion sur la fraude sociale.

  • Alors que la fraude à l’assurance chômage est un phénomène très marginal, elle crée tout de même un sentiment de méfiance envers les chômeurs.
  • Pour battre en brèche cette suspicion, le Gouvernement va tripler les équipes de contrôle de Pôle Emploi qui passeront ainsi de 200 à 600 agents d’ici fin 2018.

Cette réforme sera intégrée au projet de « loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » présentée en avril sur la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Dernières actualités

Fermer la recherche