Réforme de l’assurance-chômage : ce qui va changer

30 octobre 2019 - Ce 1er novembre, de nouvelles règles et de nouveaux droits en matière d’assurance-chômage vont s’appliquer aux nouveaux bénéficiaires. On vous explique ces nouveaux changements.

Aujourd’hui, trop de Français se lèvent chaque matin sans trouver de sens ou d’intérêt personnel à leur activité professionnelle et éprouvent un sentiment d’inutilité, parfois de mal-être au travail. Ils sont prisonniers de leur emploi.

C’était un engagement de campagne : pour retrouver un sens au travail, le Gouvernement va mettre en place un droit à l’assurance chômage pour ceux qui démissionnent afin de mener un nouveau projet professionnel.

De nouveaux droits pour bâtir la société du travail

Avec la démission indemnisée, le Gouvernement offre aux salariés la possibilité d’organiser différemment leur transition professionnelle.

  • Concrètement, un salarié qui souhaite créer son entreprise ou changer de métier, pourra percevoir, tous les cinq ans, une indemnisation chômage.

  • C’est une révolution professionnelle qui redonnera aux salariés le pouvoir de défendre leur projet de développement personnel. Quitter une entreprise avec des indemnités était jusqu’alors une décision à la discrétion seule de l’entreprise (licenciement ou rupture conventionnelle). Désormais, les salariés auront une autre voie pour s’épanouir en réalisant une transition professionnelle.

  • Pour en bénéficier, il faudra avoir 5 ans d’ancienneté dans l’entreprise et présenter dans les 6 mois suivants la démission un projet professionnel “réel et sérieux” devant une commission régionale. Elle décidera ensuite si vous pouvez prétendre à l’indemnisation.

  • Cette mesure devrait concerner entre 17 000 et 30 000 personnes par an. En 2020, elle coûtera 300 millions d’euros à l’État.

Avec les droits de chômage pour les indépendants, le Gouvernement valorise les efforts de tous les travailleurs.

  • Aujourd’hui seuls les salariés ont le droit de toucher l’assurance chômage en cas de licenciement ou de rupture conventionnelle.

  • Le Gouvernement souhaite encourager ceux qui prennent des risques dans la création d’une activité économique en ouvrant l’assurance chômage pour les agriculteurs, les artisans, les micro-entrepreneurs, les commerçants indépendants.

  • Concrètement, un agriculteur qui entre en liquidation judiciaire pourra toucher un revenu de 800 € par mois pendant 6 mois. C’est un droit qui n’avait jamais existé sauf au prix de cotisation auprès d’assurances privées !

De nouveaux devoirs pour construire la société du travail

Le Gouvernement change les règles d’accès à l’assurance-chômage.

  • Pour bénéficier du chômage, il faudra avoir travaillé 6 mois au cours des 24 derniers mois

  • Auparavant, il fallait avoir travaillé 4 mois sur les 28 derniers mois.

Le Gouvernement instaure la dégressivité des allocations pour les plus hauts salaires.

  • Pour les anciens salariés touchant un revenu égal ou supérieur à 4500 €, l’allocation chômage sera dégressive à partir du 7ème mois.

  • Elle baissera alors de 30% mais ne pourra pas descendre en dessous des 84,33 € bruts par jour.

  • Cette mesure ne s’appliquera pas pour les personnes de plus de 57 ans.

  • Le chômage des cadres étant au plus bas, il est plus facile pour cette population qualifiée de retrouver un emploi.

La deuxième partie de cette réforme se déroulera en avril 2020 avec le changement du mode de calcul des indemnités.

Dernières actualités

Fermer la recherche