Conférence nationale du handicap : Emmanuel Macron s'engage !

11 février 2020 - Ce mardi 11 février, lors de la Conférence nationale du handicap, qui se tenait à l’Elysée, Emmanuel Macron a exprimé sa volonté de rendre notre République plus fraternelle. Pour y arriver, il a fixé 3 objectifs. Décryptage.

macron-cnh2020-1

La Conférence nationale du handicap qui s’est tenue aujourd’hui, 15 ans jour pour jour après la loi de 2005 portée par Jacques Chirac, est le fruit d’un engagement d’Emmanuel Macron dès son arrivée à l’Elysée : construire une société plus inclusive.

Le Président a rappelé que beaucoup avait déjà été fait depuis le début de son quinquennat mais qu’il reste encore à faire pour construire une nation qui s’enrichit de ses différences. Lors de cette conférence, il a tracé une feuille de route ambitieuse pour les deux ans à venir avec des mesures visibles dès septembre.


  • Objectif n°1 : chaque enfant aura une solution de scolarisation dès la rentrée prochaine.

Au total, 11 500 accompagnants scolaires seront embauchés d’ici 2022, mieux formés et avec des contrats durables, pour permettre aux 8 000 enfants actuellement sans solution de scolarisation d’être accompagnés.

« Nous ne devons jamais nous habituer à ce que des enfants en situation de handicap soient privés de la chance d'aller à l'école, de la joie d'apprendre et du bonheur de tisser des liens. »
Emmanuel Macron, le 11 février 2020

Le Président a également évoqué la question de l'autisme. Il a émis le souhait d'étendre le forfait d'intervention précoce, aujourd'hui réservé aux enfants de 0 à 6 ans, à ceux âgés de 6 à 12 ans, et de l'étendre à "tous les dys-", comme la dyslexie notamment.

Et “l’école inclusive ne doit pas s’arrêter au lycée”. Il propose qu’une grande réflexion soit lancée autour de l'intégration des personnes en situation de handicap dans l'enseignement supérieur.


  • Objectif n°2 : ne laisser aucune personne, ni aucune famille, seule.

Trop de personnes touchées par le handicap souffrent de solitude face aux contraintes administratives. La création d’un numéro national unique, le 360, doit permettre d’alléger leur quotidien. Un numéro qui viendra en complément des 400 communautés d'accompagnement qui se coordonneront pour trouver des solutions.

« Nous devons faire en sorte que d'ici 2021, aucune personne en situation de handicap, enfant comme adulte, soit laissée seule dans sa recherche de solution. »
Emmanuel Macron, le 11 février 2020

Ces mesures s’inscrivent dans ce grand principe d’égalité républicaine. Aujourd’hui, si vous êtes en situation de handicap, votre demande d’allocation aux adultes handicapés (AAH) sera traitée en deux mois dans certains départements et en huit mois dans d’autres. Emmanuel Macron s’engage à ce chaque demande d’AHH ne dépasse pas un délai de 3 mois d’ici 2021.

Par ailleurs, concernant cette allocation, qui est actuellement versée à 1,2 million de personnes, le Président a rappelé qu’elle ne sera "jamais transformée, diluée ou supprimée" au bénéfice du futur revenu universel d'activité.

Il a aussi expliqué souhaiter qu'il n'y ait, dès l'an prochain, "plus de départs" vers l'étranger de personnes handicapées faute de prise en charge adéquate en France : 1 000 places supplémentaires vont être créées en plus des 2 500 places déjà programmées pour 2021-2022 sur tout le territoire.


  • Objectif n°3 : permettre à toutes et tous d’avoir une vie libre et digne.

Le Président a rappelé l’existence des nouveaux droits sur lesquels la société doit encore travailler : le vote, le pacs, le mariage, la vie sexuelle… Mais il s’est surtout attardé sur l’accès à l’emploi comme vecteur de vie sociale. Il a appelé les entreprises à s’adapter et aux pouvoirs publics locaux à s’engager en faveur d’une société inclusive.

Le taux de chômage des personnes handicapées est aujourd’hui le double de celui de la population nationale. La stratégie “Ensemble, osons l’emploi”, lancée en novembre dernier, doit permettre de faire changer le regard sur les compétences des personnes en situation de handicap, d’ouvrir largement les portes des organisations privées et publiques, y compris celles des PME/TPE et de l’artisanat, et doit permettre à chaque personne en situation de handicap d’avoir la vie professionnelle de son choix.

Et pour gagner le pari de la qualification et de l’emploi, l’apprentissage doit être un levier majeur. Le Gouvernement a fixé l’objectif de 10 000 apprentis en situation de handicap d’ici fin 2021.

Enfin, pour conclure, Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité de faire appliquer les lois qui existent en matière d’accessibilité et en faveur d’une société inclusive. Chacun(e) d’entre nous, et tout particulièrement les candidat(e)s aux élections municipales, doit se saisir de cette thématique pour rendre notre société plus solidaire, plus fraternelle et plus innovante.

Pour atteindre ces objectifs, un accord de confiance a été signé entre l’Etat, l’Association des départements de France (ADF), les associations et fédérations : il crée un cadre de confiance et de méthode avec les signataires. Il doit permettre une égalité des droits partout sur notre territoire.

Dernières actualités

Fermer la recherche